Installez la meilleure application pour regarder ORTM

Disponible sur Google Play

Affrontement entre CMA et GATIA: le GSA exige le respect du cessez-le-feu

Les travaux de la 19e session du CSA (Comité de suivi de l’accord) ont pris fin, hier mardi, à l’ex-CRES de Badalabougou par un constat d’échec.
A l’origine de cette situation, les violents affrontements, ces derniers temps entre la CSA et le GATIA à Anéfif, dans la région de Kidal.
Ce nouveau recours à la violence comme moyen de régler le conflit a été vivement condamné par le CSA qui a appelé à la cessation immédiate des hostilités.

patrouille mixte nord mali combattant auto defense ganda izo plate forme gatia mnla cma cja hcua touareg azawad cmfpr

Les travaux de la 19e session, qui avait à l’ordre du jour le retour de l’administration à Kidal et la désignation d’un observateur indépendant, se sont finalement tenus autour de cette nouvelle donne en vue d’arrêter les violences entre les deux parties signataires de l’accord pour la paix.
À la fin des travaux, le président du CSA, l’algérien Ahmed BOUTACHE, a souligné que cette session devrait examiner un autre sujet outre que celui exposé au cours de la session. En effet, a-t-il fait savoir, les parties maliennes étaient en train de finaliser le chronogramme de la mise en œuvre des conclusions du 18e CSA relatif au retour de l’administration à Kidal, l’opérationnalisation des autorités intérimaires, du MOC à Kidal.
Malheureusement, les affrontements entre Gatia et CMA le 6 juillet dernier et qui se sont poursuivi hier mardi à Anéfif sont venus, selon les propos du diplomate, « assombrir l’horizon ».
Aussitôt, l’ordre du jour a été modifié pour l’adapter à la nouvelle situation sur le terrain, selon lui.
« Nous nous sommes donc limités à examiner les moyens de parvenir dans un plus bref délai à une cessation des hostilités », a confié M. BOUTACHE.
Au terme des travaux, le CSA a fait trois recommandations : l’exigence d’un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel ; l’encouragement des parties maliennes à poursuivre le dialogue entamé pour la finalisation du chronogramme qui bute sur la fourniture de véhicules par chacune des parties pour la constitution du MOC et la fourniture des armes lourdes à cette force.
À la question de savoir, quel moyens dispose le CSA pour contraindre les parties à respecter leurs engagements, il a répondu qu’il a toujours brandi cet épouvantail de sanctions à l’encontre des parties pour qu’elles puissent contribuer, de bonne foi, à une progression notable du processus de mise en œuvre de l’accord.
« Nous avons tout simplement une force morale. Et aussi, au niveau de la communauté internationale, le CSA peut légitimement demander des sanctions contre les responsables coupables de blocage du processus », a-t-il dit.
D’ailleurs, a-t-il fait constater, à chaque fois que nous sommes à la veille d’une échéance importante pour le retour des symboles de l’État à Kidal, il y a toujours des événements malheureux qui viennent perturber les plans du CSA. Comme ça a été le cas, l’année dernière, à la veille de la mise en place des autorités intérimaires et du Moc à Gao.
Le diplomate n’exclut pas une certaine instrumentalisation des acteurs opposés à la paix, à travers ces violences.
Au rythme où vont les choses, il serait très difficile pour les parties de respecter la date butoir du 20 juillet pour le retour de l’administration. Mais le président du CSA ne désespère pas pour autant. « Nous avons encore 10 jours devant nous, et nous avons bon espoir que les trois parties maliennes puissent parachever leur dialogue avant la fin de la semaine et qu’un accord soit trouvé autour des points de désaccord pour le retour de l’administration à Kidal », a-t-il dit.
Avant de terminer, il a invité toutes les parties, toute la communauté internationale à s’investir pour trouver une solution rapide pour l’arrête des hostilités sur le terrain.
De son côté du chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, a souligné que ces affrontements causent beaucoup de torts au processus de mise en œuvre de l’accord.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *