Affaire CPI : Le vice-président de la CMA Mamadou Djeri Maiga tente de sauver sa peau

Le séparatiste d’hier s’érige desormais en avéré conciliateur national du moment, tout en se démarquant de tous ceux-là qui ont contribué, de près ou de loin à l’incursion djihadiste au Mali, cause de la déstabilisation du territoire national. Mahamadou Djėri MAIGA, le vice-président de la CMA et non moins membre fondateur du MNLA ne se reconnait plus celui qui réclamait un pays tout entier morcelé pour des fins personnelles.

mahamadou djeri maiga vice president mnla mouvement national liberation azawad ouagadougou alger

Lors d’une réunion ce mercredi 31 août 2016, autour du document de Politique Nationale de Justice traditionnelle et de son Plan d’action 2016-2020, devant regrouper certains départements ministériels, les membres de la CMA et ceux de la plateforme  (absents pour raison de communication tardive des documents), Djeri Maiga a fait un grand show oral.

Il estime que ceux qui ont commis des exactions comme viol ou violence massive contre les concitoyens du nord du pays sont des terroristes et « il n’y aura jamais d’amnistie pour eux ». A noter que cette déclaration de l’ex-rebelle Djeri a été prononcée suite au discours de madame le Procureur Général de cour pénale internationale(CPI), Fatou Ben Souda dans lequel elle promet de faire la lumière sur toutes les atrocités commises lors de l’occupation djihadiste entre 2012 et 2013 dans les trois régions du nord.

En effet, Djeri ne serait-il pas en train de sauver sa peau ? S’il avérait que le MNLA aurait collaboré ne serait-ce qu’une seconde avec les terroristes, Mamadou Djeri Maiga ne pourrait en aucun cas échapper les mailles de la justice, surtout celle qui a la charge de punir les véritables commanditaires des crimes contre l’humanité.

 

 

La rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *