Abdouty El Oumrany ” L’installation des autorités intérimaires est un pas important pour la mise en œuvre de l ‘Accord d Alger”

L accord pour la paix et la réconciliation connait des difficultés dans son application. Mais les acteurs croient au retour de la paix .Nous avons contacté pour vous Abdouty El Oumrany chargé des affaires politiques de l’Alliance pour la paix et l’unité nationale. C est une structure de la société civile de Tomboutou et Taoudennit.

interview exclusive logo ecriture

Abdouty Comment se porte l’accord d ‘ Alger ?

L’accord pour la paix et la réconciliation a connu un grand blocage au départ. Mais avec l’installation des autorités intérimaires, le dépôt des listes pour les patrouilles mixtes et les différentes commissions DDR , le processus retrouve sa voie . La confiance est restaurée et l’espoir renaît.

Justement quelle est votre lecture sur l’installation des autorités intérimaires?

L’installation des autorités intérimaires prévues par l’Accord issu du processus d’Alger est pour moi un pas important pour la mise en application de ce dernier. Nous l’accueillons avec un grand bonheur. Le pays a trop souffert. Nous devons aller de l’avant en restant dans l’esprit de l’accord.

Vous êtes de la société civile. Quel est votre mot à l endroit des groupes armés signataires de l ‘ Accord ?

J’appelle les groupes armés signataires de l’accord de calmer le jeu et d aller à une paix définitive. Aujourd’hui le seul combat qui vaille est celui de la réconciliation. Donc , le combat de tous les Maliens est de barrer la route aux ennemis de la paix et les bandits de tous bords. Notre guerre aujourd’hui doit être celle du développement de notre pays. Nous sommes les enfants du même pays et de la même nation.

Quel est votre mot à l endroit des autorités du Mali ?

J’en appelle le gouvernement à redoubler d’efforts pour opérationnaliser les MOC et le cantonnement pour diminuer la circulation des armes. Aider à faire des rencontres inter -communautaires sans distinction aucune pour renforcer la cohésion sociale. Les partenaires humanitaires sur le terrain doivent aussi agir efficacement pour apaiser les souffrances des populations affectées par la crise.

Votre dernier mot ?

La crise du Mali a déchiré le tissu social. Nous devons soutenir les autorités du pays pour le retour de la paix, gage d un développement certain. La réconciliation est en marche et la crise ne sera bientôt qu’un triste souvenir pour tous les Maliens. Vive la paix!

Entretien réalisé par Awa Camara

Source: La lettre du Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *