Journée mondiale de l’audition : la musique et les sons récréatifs exposent des milliards de personnes

Le 3 mars de chaque année, le monde commémore la Journée mondiale de l’audition. Cette année, le thème retenu est « Pour entendre à vie, ménageons notre audition ! » Des milliards de personnes risquent de souffrir de déficience auditive liée à la musique et aux sons récréatifs.

« Plus d’un milliard de personnes âgées de 12 à 35 ans risquent de souffrir de déficience auditive du fait d’une exposition prolongée et excessive à de la musique forte et à d’autres sons récréatifs, pouvant avoir des conséquences catastrophiques sur leur santé physique et mentale, leur éducation et leurs perspectives d’emploi », a averti l’OMS dans un communiqué à l’occasion de la Journée mondiale de l’audition, édition 2022.

Dans son tout premier rapport mondial sur l’audition, l’OMS indique que « d’ici 2050, près de 2,5 milliards de personnes dans le monde, soit une personne sur quatre », pourraient avoir un problème auditif. L’agence sanitaire mondiale développe dans ce document les facteurs causaux et préventifs de la perte auditive, et les solutions cliniques rentables.

Prévenir le risque

Ainsi, « des millions d’adolescents et de jeunes risquent de souffrir de déficience auditive en raison de l’utilisation dangereuse d’appareils audio personnels et de l’exposition à des niveaux sonores préjudiciables dans des lieux tels que les boîtes de nuit, les bars, les concerts et les événements sportifs », a déclaré la directrice du département Maladies non transmissibles à l’OMS, Dre Bente Mikkelsen.

Pour l’OMS, l’exposition à des sons forts provoque une déficience auditive temporaire ou des acouphènes. Toutefois, indique-t-elle, une exposition prolongée ou répétée peut entraîner des lésions auditives permanentes, entraînant ainsi une déficience auditive irréversible.

Face à l’ampleur du problème d’audition, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), à l’occasion de la commémoration de la Journée internationale de l’audition, lance un appel impératif contre ce phénomène. Pour éradiquer ce mal, l’OMS propose des « solutions sous la forme d’intervention scientifiquement fondées ».

L’OMS dans le cadre de l’initiative « Écouter sans risque », pour des lieux de divertissement, a élaboré une nouvelle norme internationale qui s’applique aux lieux et aux activités où il y a de la musique amplifiée. Cette norme « vise à mieux protéger les jeunes lors de leurs activités de loisirs », a ajouté Dre Mikkelsen.

Promouvoir des pratiques d’écoute sans risque

Pour mieux protéger leur audition, l’agence sanitaire mondiale invite les jeunes au maintien d’un volume bas lors de l’utilisation d’appareils audio personnels ; l’utilisation d’écouteurs/écouteurs bien ajustés et, si possible, antibruit ; au port des bouchons d’oreilles dans des lieux bruyants, mais aussi, effectuer régulièrement des examens auditifs.

« Nous devons œuvrer ensemble pour promouvoir des pratiques d’écoute sans risque, en particulier chez les jeunes », a affirmé Dr Ren Minghui, directeur général adjoint pour les maladies transmissibles, OMS.

Pour encourager un changement de comportement, l’OMS invite les organisations de la société civile, les parents, les enseignants et les médecins, à éduquer les jeunes afin qu’ils puissent adopter des habitudes d’écoute sans risque.

Pour rappel, la Journée mondiale de l’audition a été initiée en 2007, par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Elle a pour objectif de sensibiliser le public à la prévention de surdité et à la perte d’audition.

Bakary Fomba 

Source: Sahel Tribune

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.