Faïza, la « bad gril » du rap malien

Pure produit du label « Djagueleya Music » du rappeur et producteur « Tal B », Teï Mariam Faïza est une artiste controversée aux yeux de l’ancienne génération, à cause de ses paroles osées et de ses tenues jugées trop sexy. Mais, la jeune dame continue de ne pas prêter trop attention à tous ces jugements et reste à l’écoute de son staff, qui tente de l’encadrer afin de lui permettre de faire une grande carrière dans l’industrie musicale africaine et mondiale.

Née au Burkina Faso, Teï Mariam Faïza et sa sœur jumelle ont très tôt perdu leur papa. C’est après ce douloureux évènement qu’elles rentrent au Mali avec leur maman, alors qu’elles n’avaient que 13 ans. Elles continuent leurs études, avant que Faïza ne soit contaminée par le virus de la musique à travers les réseaux sociaux. « Je faisais des vidéos à travers lesquelles je chantais et publiais sur mes pages. Ce sont ces images que Tal B a vues et il a contacté quelqu’un qui s’est trouvé être un grand-frère. Ce dernier a même pris son temps, avant de m’en faire part », a raconté Faïza, qui n’a pas hésité un seul instant, avant de rejoindre le label « Djagueleya Music » du rappeur et producteur « Tal B ».

La jeune Mariam Faïza, très talentueuse, commence alors une carrière d’artiste, contrairement à sa sœur Kadidiatou, qui a décidé de se consacrer uniquement à ses études. « Ma sœur jumelle est mon contraire. Elle n’aime pas du tout le milieu de la musique et ne consulte même pas les réseaux sociaux. Elle est étudiante, tout comme moi  », indique Teï Mariam Faïza. Intégrer la musique n’a pas été chose facile pour la jeune malienne. « Il faut dire que les débuts ont été difficiles, car mes parents ne voulaient pas que je chante », a également révélé la jeune artiste de 20 ans, qui a sorti son premier EP « Bad girl », un featuring avec Malakey, en mars 2021, qui a d’ailleurs permis au public de découvrir une jeune dame forte, qui n’a pas froid aux yeux.

Avec des paroles osées et des tenues jugées trop sexy, Teï Mariam Faïza a très tôt affiché sa volonté de conquérir le monde de la musique par sa voix et par son charme. Jugée controversée par le grand public malien, elle va passer une nuit en garde à vue, à cause de son fameux clip « Wadada », qui aurait heurté les sensibilités des défenseurs des mœurs dans son pays. Malgré ces obstacles, la seule femme de « Djaguèlèya Music » continue de se battre pou atteindre le sommet du rap malien et pourquoi pas mondial…..Lire la suite sur .afrik.com

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.