Abdramane Diarra, Président du mouvement des Jeunes de l’URD : « Il n’y a aucun doute sur l’élection de Soumaïla Cissé à la tête du Mali en 2018 »

Le jardin du Palais de la Culture Amadou Hampathé Bah a servi de cadre le 10 janvier à la cérémonie de présentation des vœux des militants de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) au président du parti, l’honorable Soumaïla Cissé. Cette présentation de vœux a été l’occasion pour les militantes et militants du parti de faire un regard rétrospectif sur l’année écoulée  mais également de  prévoir les actions futures. Ils ont également profité de l’occasion pour  dresser un tableau sombre de la gouvernance dans notre pays.

mamadou diallo juriste professeur union republique democratie urd Abdrahamane Diarra president jeunesse

Ils étaient nombreux à prendre d’assaut le jardin du palais de la culture Amadou Hampathé Bah pour être témoin oculaire de cette cérémonie de  présentation des vœux. C’est le président du mouvement des jeunes, M. Abdramane Diarra qui a pris le premier la parole. Il a axé son discours sur le rappel du chemin parcouru en 2016 et sur l’orientation vers des chemins meilleurs en 2017. C’est ainsi qu’il a dressé quelques activités menées par la jeunesse du parti. Selon lui,  la jeunesse URD occupe le premier rang de la jeunesse des partis politiques au Mali  d’autant que le réseau des jeunes des partis politiques et le réseau des jeunes leaders des partis politiques et associations sont gérés par des jeunes leaders de l’URD. Pour M. Diarra, la jeunesse de l’URD et par ricochet la jeunesse malienne reste confronter au chômage, à l’injustice, au favoritisme, au clientélisme et au népotisme. Et M. Diarra d’ajouter « à moins de deux ans de la fin du quinquennat du président IBK, le Mali est au bord du gouffre ». L’immense espoir que le peuple malien avait placé en son président s’est effondré, a-t-il indiqué. La jeunesse qui constitue l’avenir du pays est désespérée et réduite au silence,  a-t-il commenté. Avant de présenter ses vœux pour la nouvelle année 2017, M. Diarra a indiqué  que le vent de l’alternance en 2018 a commencé à souffler avec les résultats des élections communales du 20 novembre dernier et des législatives partielles de Tominian. Et il n’y a aucun doute sur l’élection de Soumaïla Cissé à la tête du Mali en 2018, a-t-il poursuivi. Pour sa part, la présidente du mouvement des femmes, Mme Adjawiakoye Ramatoulaye Koné a indiqué que l’URD est un parti Républicain et légaliste, d’autant qu’il prend en compte les aspirations du peuple malien.

A sa suite, l’honorable Mody N’Diaye dira que l’année 2016 a été une année particulièrement riche en activité d’éveil  de la part de l’opposition démocratique parlementaire face aux dérives criardes observées dans la gouvernance de notre pays. C’est ainsi qu’il a égrené les activités menées par le groupe VRD à l’Assemblée Nationale. Pour l’honorable N’Diaye, le nouveau code électoral voté au mois de septembre ne respecte pas les engagements internationaux pris par notre pays en la matière et surtout  son caractère à minima. C’est pourquoi, les députés de l’opposition avaient requis la cour constitutionnelle aux fins d’annulation de ladite loi. Le président du groupe VRD est également revenu sur les raisons du dépôt de la motion de censure contre le gouvernement Modibo Kéita. Il a terminé son discours par souhaiter que cette année 2017 soit une année de paix, de bonheur pour le président du parti et l’ensemble du  peuple malien.

Pour le Pr Salikou Sanogo, premier vice-président du parti, l’année 2016 a été extrêmement  éprouvante pour le Mali. A en croire le Pr Sanogo, l’insécurité s’est profondément installée dans la quasi-totalité des régions du Mali menaçant dangereusement la quiétude des populations.  La mise en œuvre  de l’accord pour la paix, explique le Pr Sanogo, tarde de manière incompréhensible à faire des progrès sous l’œil amateur et visiblement dépassé du gouvernement qui peine à se défaire et à débarrasser notre pays de la corruption, du népotisme, du favoritisme, du clientélisme et de la concussion. Les élections communales, poursuit-il,  ont démontré l’incapacité du gouvernement à étendre sa souveraineté sur l’ensemble du territoire. Il a terminé son discours par souhaiter ses vœux les meilleurs  au président de l’URD, aux militants du parti et à  l’ensemble du peuple malien.

En réponse aux vœux, l’honorable Soumaïla Cissé, président du parti  dira que l’année 2016 est partie avec une note de désespoir et d’inquiétude pour l’ensemble du peuple malien.  Les Maliens, explique Soumi Champion,  sont meurtris et humiliés au dedans et au dehors. L’insécurité grandissante et généralisée dans le pays continue de noyer tous les espoirs de paix et de réconciliation. La seule cause est l’incompétence et l’incapacité avérées des différents gouvernements du régime en place à faire face à la situation catastrophique du pays, a-t-il martelé. Et l’honorable Cissé d’enfoncer le clou « les différents gouvernements qui se sont succédé ont excellé dans tout sauf à redonner espoir au peuple malien en engageant le véritable combat tant attendu ».  Pour lui, la récente victoire de l’URD lors des élections partielles de Tominian prouve à suffisance que le parti est prêt à offrir au peuple malien une alternative crédible en 2018.  L’honorable Cissé n’a pas manqué de se prononcer sur la situation des Maliens de l’extérieur. Pour lui, les Maliens de l’extérieur doivent avoir un accès plus facile et efficace aux consulats de proximité et doivent être traités avec respect et reconnaissance de leur pays d’accueil. Il a terminé son discours par souhaiter une bonne et heureuse année à toutes les militantes et militants du parti ainsi qu’à l’ensemble du peuple malien.

Abdrahamane Sissoko

Source : Le Républicain
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *