AFFAIRE « MALI JOLIES DEW »: L’humoriste Kanté interpelé !

Trois jours après l’annonce par le Parquet de la Commune 4 du district de Bamako de l’ouverture d’une enquête judiciaire contre la page Facebook dénommée « mali jolies dew – mjd », le comédien Kanté a été interpelé par la Police.  Avant lui, le Parquet a annoncé l’interpellation de 10 personnes et 5 sociétés ayant fait des publicités sur ladite page. La justice s’attaque  aux menus fretins alors que les administrateurs de la page se la coulent douce ailleurs !   

L´humoriste malien, Kanté a été interpelé par la BIJ hier dimanche 15 mai 2022 dans l’après-midi, selon une source. D’après nos informations, cette interpellation fait suite à l’ouverture d’une enquête judiciaire contre la page dénommée « Mali Jolies Dew » par le Parquet de la Commune 4 en début de semaine. “Toutes les personnes proches de ces individus, délinquants et criminels présumés, seront interpellées et entendues dans les jours à venir et répondront de leurs actes de complicité, car la page collabore et a collaboré avec beaucoup de personnes qui ne s’en cachaient même pas et en étaient même fières tout en gardant le silence sur l’identité de ses administrateurs et administratrices. On a découvert que leur mot de passe est ‘’n’ta don te mogo chi do kasso la’’. Comme pour dire si vous êtes interpelés, dites seulement que vous ne savez pas qui sommes-nous et le tour est joué’’, révèle le Parquet. Même si les vraies raisons de l’interpellation de l’humoriste ne sont pas évoquées, force est de constater que Kanté serait interpelé pour des raisons d’enquêtes pour un supposé lien avec les administrateurs.

Selon le communiqué du Parquet, derrière cette page se cachent des individus qui, associés en malfaiteurs pour se faire de l’argent évoluent dans le chantage, l’atteinte à la vie privée, la diffamation, l’injure, l’usurpation d’identité numérique et le proxénétisme à travers le site web : djiarabi.com.

Selon le Parquet, les administrateurs jouent la carte de la peur par des publications avant d’inviter téléphoniquement leur cible, via des relais en France et à Bamako, à payer d’importantes sommes d’argent pour voir que cessent les attaques et dénigrements sur leur page.

Plusieurs victimes, entendues, ont reconnu leur avoir versé de l’argent soit sur différents comptes PayPal identifiés sous Fatou Djigue, etc, soit sur différents comptes Orange Money, qu’ils ont pris le soin de supprimer ou d’abandonner, mais qu’on a retrouvés et qui sont en cours d’analyses par les services techniques.

Les personnes qui refusent de céder au chantage, selon les explications du Parquet, sont traitées de tout par ces individus qui se veulent donneurs de leçons, justiciers, etc. Certains membres de cette bande vivent aux USA (New York, Atlanta, Seatle, Manhattan), en France et à Bamako.

Pour le Parquet, des individus qui se cachent derrière un avatar, c’est déjà un signe de malhonnêteté et de lâcheté surtout que c’est pour soutirer de l’argent à des semblables au lieu d’aller travailler et gagner dignement son argent.

Par ailleurs, le Parquet demande à toute personne disposant quelque information utile sur cette page de la partager en inbox ou de passer au parquet en tout anonymat. Il a été demandé à tous de s’abstenir de faire la publicité des produits et services ou des entreprises sur cette page faisant l’objet d’enquêtes délictuelles et criminelles parce que cela rend complices de ses actions. La bande est qualifiée de terrorisme cybernétique.

De même, le Parquet demande à toute personne de s’abstenir de commenter ou de partager les publications de la page mjd, car désormais tout le monde est au courant qu’elle fait l’objet d’enquêtes judiciaires.

Le parquet avait déjà annoncé l’interpellation de 10 personnes prises au hasard et mises en garde à vue pour partages et commentaires des publications infractionnelles de cette page. 5 autres le sont pour les publicités de leurs produits et versements d’argent à une bande criminelle, la finançant et l’encourageant du coup dans ses activités criminelles.

Le Parquet dit veiller de manière intraitable pour toutes les victimes pour la justice, la paix publique, afin que l’on puisse vivre en toute dignité et sérénité dans le cyber espace malien.  Vivement que la vérité jaillisse !

Bourama KEITA  

Source:   LE COMBAT
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.