Championnat national : LE DJOLIBA ENCHAîNE

lassana fane joueur footballeur equipe djoliba aigle AlShoalla mariage

 

Après leur succès face au Réal dans le grand classique de la 3è journée, les Rouges ont confirmé en dominant l’USFAS 2-1, lundi pour le compte de la 4è journée. En deuxième heure les Onze Créateurs et le CSD se sont neutralisés 1-1

La 4è journée du championnat national s’est poursuivie lundi avec deux rencontres qui se sont disputées au stade Modibo Keïta. En première heure le Djoliba a dominé l’USFAS 2-1 et en deuxième heure les Onze Créateurs et le CSD se sont neutralisés 1-1. Une fois encore, les matches ont été émaillés d’incidents et des supporters s’en sont pris au président de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT), Boubacar Baba Diarra et aux membres du bureau fédéral présents dans les gradins. La presse n’a pas non plus été épargnée. Pour revenir aux matches proprement dits l’explication entre le Djoliba et l’USFAS a été âprement disputée. Les hommes de Nouhoum Diané ont scoré deux fois grâce à Aboubacar Bangoura (6è min) et Aliou Dieng (51è min), tandis que Amadou Diallo a inscrit l’unique but de l’USFAS (61è min). Sous la houlette de leur capitaine Abdoulaye Traoré, les Rouges de Hérémakono ont fait l’essentiel du jeu lors de ces retrouvailles avec les militaires. D’entrée de jeu, ils feront trembler les filets grâce à Boubacar Bangoura lancé sur orbite par Soumaïla Sidibé (1-0, 6è min). Les militaires répliqueront par Lassine N. Keïta dont le coup franc survole la cage du portier, Adama Keïta (20è min). La partie est intense et les deux équipes répliquent du tac au tac. A 5 minutes de la pause, les hommes du technicien Ibrahima Diallo obtiennent la balle de l’égalisation mais Moussa Diallo se mélange les pédales alors qu’il s’était présenté seul devant le keeper de Hérémakono. Au retour des vestiaires, les deux équipes continuent sur leur lancée et les pensionnaires de Hérèmakono vont rapidement corser l’addition sur une frappe instantanée de l’attaquant Aliou Dieng qui ne laisse aucune chance à Komandjan Keïta, (2-0, 51è min). Les Rouges venaient de se mettre à l’abri et ce n’est pas le penalty transformé par le capitaine usfasien, Amadou Diallo qui permettra aux militaires de renverser la situation (2-1, 61è min). Score final : 2-1 pour le Djoliba qui signe ainsi son deuxième succès d’affilée après sa victoire de la précédente journée contre le Réal (2-1). En deuxième heure, il n y aura pas de vainqueur, ni de vaincu entre les Onze Créateurs et le CSD. Les deux formations se sont séparées 1-1, Abdala Guindo répliquant à la 49è minute au milieu offensif, Lassine Soumaoro qui avait ouvert le score pour les Créateurs (1-0, 47è min). S. S. KAMISSOKO Lundi 11 avril au stade Modibo Keïta Djoliba-USFAS : 2-1 Buts d’Aboubacar Bangoura (6ème min) et d’Aliou Dieng (51ème min) pour le Djoliba. Amadou Diallo (61ème min) pour L’USFAS. Arbitrage d’Ousmane Diakhaté assisté de Moriba Diakité et d’Abdoul K. Camara. Djoliba : Adama Keïta, Émile Koné, Samou Sidibé, Seydou M’baye, Youssouf Traoré, Soumaïla Sidibé, Aliou Dieng, Seydou Diallo (Moussa Sissoko), Abdoulaye Traoré (cap), Aboubacar Bangoura, Hamidou Sinayoko. Entraîneur : Nouhoum Diané. USFAS : Komandjan Keïta, Chiacka Dembélé (Moussa Touré), Naman Doumbia, Mamadou Maguiraga, Tiéoulé Sissoko, Amadou Diallo (cap), Fousseyni Dembélé (Amadou Haïdara), Lassine N. Keïta, Moussa Diallo, Boubacar Dembélé, Brahima Coulibaly. Entraîneur : Ibrahima Diallo. Onze Créateurs-CSD : 1-1 Buts de Lassine Soumaoro (47è min) pour les Onze Créateurs, Abdala Guindo (49è min s.p) pour le CSD. Arbitrage d’Ali Sangho assisté de Boubacar Keïta et de Bréhima Konaté. Onze Créateurs : Alassane Diallo, Marius A. Assoko (cap) , Ousmane Diarra, Sekou Diarra, Dramane Souabou, Cheickna Wagué, Souleymane Dembélé, Abdou Kamaté, Lassine Soumaoro, Zoumana Sidibé, Lamine Traoré. Entraîneur : Djibril Dramé. CSD : Cheick O. Bathily, Modibo Mariko, Clément B. Kanouté, Yacouba Sidibé, Lassana Traoré, Boubacar Traoré (cap), Abdramane Diarra, Mamoutou Danfaga, Sidi Yaya Traoré, Abdallah Guindo, Bakary Coulibaly. Entraîneur : Alassane Barry.

Nigeria : LA FÉDÉRATION SURVEILLÉE PAR LA POLICE… ET LA FIFA !

L’imbroglio se poursuit au Nigeria. Contesté depuis son arrivée à la présidence de la Fédération nigériane de football (NFF) en septembre 2014, Amaju Pinnick continue de faire débat. La semaine dernière, la haute cour régionale de Jos a invalidé l’élection du dirigeant et demandé son remplacement par son concurrent d’alors, Chris Giwa. Conforté par cette décision, le clan Giwa avait annoncé qu’il comptait prendre ses fonctions au siège de la NFF comme si de rien n’était ! Face à cette situation potentiellement explosive, les forces de l’ordre ont décidé de prendre les devants lundi en s’installant à l’entrée des locaux de la NFF pour filtrer les entrées. Seul le personnel reconnu comme membre effectif de l’instance a été autorisé à pénétrer dans le bâtiment. Les partisans de Giwa se sont vus refuser l’accès. Dans le même temps, la FIFA n’a pas tardé à réagir, menaçant une nouvelle fois le Nigeria d’une suspension. « La décision de la haute cour de Jos, si elle est appliquée, serait surement considérée comme une ingérence dans les affaires internes de la NFF, et le cas serait porté devant les plus hautes autorités de la FIFA pour envisager une sanction, notamment une suspension de la NFF », met en garde une correspondance de l’instance dirigeante du ballon rond signée par le secrétaire général de la FIFA, Markus Kattner. Le dirigeant rappelle que le Tribunal arbitral du sport (TAS) avait déjà invalidé la requête de Giwa en mai 2015. En attendant de connaître le dénouement de ce dossier (la NFF a fait appel de la décision de la haute cour), le football nigérian reste pris entre deux feux. Un départ de Pinnick risque d’aboutir à une suspension aux effets dramatiques alors que la sélection des moins de 23 ans doit participer aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro en août et que les Super Eagles sont en course pour la qualification au Mondial 2018. D’un autre côté, après les non-qualifications pour les CAN 2015 et 2017, de nombreuses voix s’élèvent pour réclamer un départ du dirigeant. « Ce qui se passe avec le football nigérian est que le management, en haut, n’est pas ce qu’il est censé être. Donc ce qui se trouve en dessous est affecté. Quand la tête ne va pas, même votre corps ne sera pas bien », taclait récemment l’ancien international Nwankwo Kanu. Changer de tête aurait malheureusement de lourdes conséquences…

Source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *