Zakou Aminata, experte en Suivi-Evaluation du projet SWEDD-Niger : « C’est le concours de tout un chacun qui va nous permettre d’atteindre les objectifs que nous visons »

Du concept de dividende démographique en passant par les actions menées, l’implication du gouvernement, les visions du Niger dans la mise en œuvre du projet en 2018 ainsi que la conjugaison des efforts de tout le monde pour que le projet puisse impacter de façon positive sur les populations, l’’experte en Suivi-Evaluation du projet SWEDD-Niger, Zakou Aminata, apporte, dans cet entretien, des compléments d’information surle projet Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel.

Que peut-on retenir de ce concept de dividende démographique ?

C’est un concept qui est  très vaste, c’est une éclosion avant d’arriver à sa capture. Ce qu’on veut résumer, c’est vraiment de faire en sorte que la population active rapporte un revenu qui soit supérieur à la population inactive. C’est ce qui arrive après tout un processus d’éducation, de santé, d’autonomisation économique.

Quelles sont actions menées dans le cadre du projet SWEDD au Niger ?

Les actions  conduisent dans le cadre de ce projet se retrouvent au niveau de trois composantes principales. Il y’a la composante qui prend en charge le développement de la femmedans les soins de santé, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle. Cette composante a deux sous composantes, notamment tout ce qui est campagne de communication pour la mobilisation sociale et le développement de sous-projet au profit des populations de la zone d’intervention. Au Niger, il y’a trois types de  sous-projets. Il y’a le sous-projet intitulé « Toutes les filles à l’école », c’est donc des activités qui favorisent le retour ou le maintien des filles au niveau de l’école jusqu’à ce qu’elles arrivent au moins à la fin du premier cycle secondaire. Ce deuxième sous projet  qui s’intitule « Espace  sur votre futur mari », là également, c’est un nombre important de jeunes filles ou de jeunes femmes qui sont ciblées. Ce projet vise à leur apporter toute l’information et le développement de leur compétence de vie et de leur connaissance dans le domaine de la santé reproductive et de la planificationfamiliale. Le troisième sous projet, c’est essentiellement sur l’autonomisation des  femmes en leur donnant une habilitation pour conduire des activités génératrices de revenus.

La deuxième composante du projet SWEDD, est essentiellement axée sur les aspects de la santé de façon structurelle, notamment pour  le contrôle de la qualité, pour l’harmonisation au niveau régional et pour améliorer  la chaine d’approvisionnement des produits de santé , également   la formation des sages-femmes.

La troisième composante, c’est tout ce qu’il y’a comme action,  pour renforcer le plaidoyer au plus haut niveau, mettre en place des observatoires nationaux de dividende démographique et assurer la coordination, la gestion, la communication et le suivi-évaluation du projet.

Quelle est l’implication du gouvernement de la République du Niger dans le projet SWEDD ?

Ce projet est porté au Niger par six ministères sectoriels.  Chaque ministère met son dispositif en place, notamment un point focal et les directions techniques concernées supervisent les activités qui sont mises œuvre par les ONGs qui régissent le projet SWEDD.

Peut-on connaitre les visions du Niger dans la mise en œuvre du projet en 2018 ?

Il s’agit maintenant comme perspective, d’aller vers la mise en œuvre concrète de ces actions au niveau des populations  en 2017, qui sont ciblées et que les résultats puissent au fur et à mesure  être enregistrés dans les domaines de maintien des filles à l’école, la santé maternelle et infantile, et de toutes les politiques qui sont favorables à la capture du dividende démographique.

Quelles sont les perspectives du projet ?

Chacun de nous, a, en tout cas, une responsabilité, a un regard à porter sur lui-même, puisque dans tous les cas, c’est le concours de tout un chacun qui va nous permettre d’atteindre les objectifs que nous visons, même  tant bien qu’on est conscient du fait que  l’autonomisation de la femme est une chose importante dans le développementde nos pays. Il faudrait que tous ces aspects soient regarder à tous les niveaux pas seulement chez l’autre, mais chez soi même d’abord.

Ousmane Baba Dramé

 

Source: Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *