Mohamed Mama Dorintié artiste musicien : « Les jeunes doivent préserver notre culture »

Repéré en pleine animation dans un maquis de la place par l’un des organisateurs du Festival sur le Niger, Mohamed Mama Dorintié est devenu une référence dans le domaine de la musique à Ségou. Grâce à sa créativité, il a su s’imposer dans « L’Afro-Dor » un genre musical unique. Entretien.

Yeko : Dites-nous à quel âge avez vous commencé la musique ?

MMD : J’ ai commencé avec la musique depuis le bas âge, parce que mon père était chanteur. Il faisait partie de l’orchestre du Super Biton national qui répétait tout le temps à la maison. J’étais toujours là entrain de regarder. Et c’est de là que m’est venue la passion pour la musique. A l’école, ma matière préférée était la musique. A la fin de mes études, j’ai réellement entamé une carrière musicale.

Yeko : Quel est votre genre musical ?

MMD :Je dirais que je fais de l’Afro Dor. L’Afro Dor c’est quoi ? C’est que j’aime beaucoup de genres musicaux et je n’arrivais pas à repérer un genre fixe. C’est très récemment quand Vincent Koala était venu pour une formation que je lui ai posé la même question. Il m’a dit : «  Toi tu fais des chansons dans lesquelles on retrouve le Reggae, le Zouk. C’est incroyable alors, je te propose de donner un nom à ton enfant.». J’ai appelé mon genre, Afro Dor qui veut dire de la musique africaine faite par Dorintié.

Yeko : Parlez-nous de votre carrière musicale

MMD : Je pense que le mérite revient en entier au Festival sur le Niger, parce que c’est un organisateur qui m’a repéré en pleine animation dans un maquis de la place. Ce dernier m’a proposé de participer à un concours qu’eux-mêmes organisaient à l’époque. Et c’est de là que je prends mon envol. Ensuite, j’ai signé un contrat avec le Centre culturel Kore à travers un de leur programme Kore qualité. Puis, j’ai enchaîné des voyages au Cameroun, au Congo et en Côte d’Ivoire pour le Festival Massa.

Yeko : Quels sont vos projets pour l’avenir ?

MMD : Dans immédiat, ce sera la promotion de mon album, parce que dans le contrat avec le Festival sur le Niger, ils nous ont promis de tisser des liens avec d’autres grands artistes et qu’ensuite on aura la chance de produire un album. J’ai commencé avec les enregistrements et l’album sera prêt en fin juin. Dès que l’album sortira, je ferai une tournée internationale.

Yeko : Au-delà de la musique que faites-vous d’autre ?

MMD :Au-delà de la musique Mohamed Dorintié est un ancien élève du Lycée Michel Allaire de Ségou et détenteur d’une maîtrise en sociologie. Marié et père de deux enfants, je suis actuellement animateur stagiaire à l’ORTM Ségou et co-promoteur d’un studio avec un ami. Nous produisons presque tous les artistes de Ségou.

 Yeko : Quel conseil avez-vous pour vos camarades  ?

MMD :Pour la jeune génération, je lui demande de travailler. C’est triste de voir les jeunes notamment ceux de Ségou qui adoptent d’autres cultures différentes de la nôtre. Ils doivent changer de comportement et préserver notre culture.

Propos recueillis par

Dioro Cissé

 

Source: YEKO

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *