Journée internationale du blogging : « La date du 31 août a été retenue par les précurseurs comme journée mondiale qui permet de vulgariser l’activité du blogging encore inconnue dans beaucoup de pays »

A l’instar des autres pays du monde, le Mali célèbre la Journée mondiale des blogueurs, aujourd’hui, 31 août 2018. Pour la circonstance, nous avons rencontré M. Abdoulaye Guindo, président de la Communauté des Blogueurs du Mali ( Doniblog) qui nous a accordé une interview dans laquelle il a exposé  l’historique et la nécessité du blogging dans un Etat démocratique comme le nôtre. Entretien !

Pouvez –vous nous parler de l’historique du blogging ?

En fait, le blogging est une activité d’écriture en ligne, qui se fait sur une plateforme appelée blog. Le blog est un anglicisme, un site privé appartenant à des personnes privées, mais différent d’un site d’information publique, lequel est destiné à traiter, collecter et diffuser l’information. Le blog est un site personnel, appartenant à un individu et sur lequel il met ses idées, aspirations et pensées. Donc le blogging est une activité qui consiste à écrire ces idées et ces passions sur le blog qui est une plateforme en ligne.

Selon vous, que peut signifier la Journée mondiale du 31 août, célébrée comme journée internationale des bloggueurs ?

La date du 31 août a été retenue par les précurseurs comme Journée mondiale qui permet de vulgariser l’activité du blogging qui est encore inconnue dans beaucoup de pays. Et même dans les pays où c’est connu, il y a une mauvaise image de cette activité. Par exemple, lorsqu’on prend le cas du Mali, on a toujours songé que le bloggueur est celui qui fout le bordel sur les réseaux sociaux, qui insulte et fait des vidéos pour manquer de respect aux gens. Donc, cette journée serait l’occasion de montrer partout dans le monde ce qu’un blogueur est, sa vraie activité et prouver qu’il est différent de celui qui, sur les réseaux sociaux, fait des vidéos d’insulte pour manquer de respect aux autres.

Qui peut donc être blogueur, M. le président ?

En effet, le blogueur, c’est toute personne sans limite d’âge, capable d’écrire correctement dans sa langue où en français, toute pensée, idée ou point de vue en ce qui concerne la situation de son pays, sur elle-même ou ses besoins. A l’occasion de cette journée, les blogueurs organisent des activités pour faire la promotion du blogging dans l’optique de la vulgarisation de cette activité via des séances de sensibilisations et de formation au métier du blogging. C’est un peu cela l’objectif de cette journée mondiale. Raison pour laquelle, depuis son existence, l’association des blogueurs au Mali participe à la célébration de cette journée, à travers des activités de publication en ligne pour expliquer aux gens ce que signifie le blogging. Et cette année, nous comptons faire la même chose en vue d’étayer ce qu’il faudra entendre par blogging et comment faire pour y adhérer, ainsi que les manières de créer un blog. Nous envisageons aussi de décréter une journée de sensibilisation au sein du siège de notre association sise à l’ACI 2000. Via laquelle, chaque blogueur tâchera de faire des photos pour énoncer des postes de sensibilisation en prorata de ce secteur. Nous envisageons aussi d’écrire au public, les bilans d’apport positifs faits par ce secteur, de son arrivée au Mali à nos jours. À cette occasion, nous envisageons d’inonder tous les médias et les réseaux sociaux, de ces messages de blogging.

Avez-vous constaté l’avancée de cette activité ?  Est-ce que le peuple malien a pu vous comprendre dans cet exercice ?

Bien sûr que le peuple nous a compris. Je me rappelle que quand on créait notre association, il n’y avait pas de blogueurs au Mali. Donc on a organisé des formations appelées des blogs camps qui consistaient à recruter des jeunes via internet en lançant des formulaires d’inscription. Les jeunes se sont inscrits et chaque mois, on faisait des séances de formation à l’endroit de ces jeunes dont les plus ambitieux étaient récupérés, lesquels sont actuellement devenus des blogueurs confirmés. Certains sont présentement recrutés par RFI et sont dans le monde des blogueurs. La mauvaise image qu’avaient les autorités concernant les faitières de cette activité de blogging, commence à s’estomper car elles parviennent à distinguer les vrais blogueurs de ceux qui font le tapage sur les réseaux sociaux. A titre de preuve, les blogueurs maliens collaborent avec des entreprises étatiques, des organisations de la société civile, des ONGs…Chose qui manifeste la montée en puissance du blogging. Les autorités ainsi que la population malienne commencent à s’accrocher petit à petit au bienfondé de ce monde du blogging auquel les gens adhèrent de plus en plus.

Comment peut-on devenir blogueur ?

Il faut d’abord avoir un blog créé en ligne. Pour cela, il y a plusieurs façons de faire. Pour le simple motif qu’il y a un blog gratuit conçu sur blog post ou Word presse, tandis qu’il y a le blog payant. La nuance est que si on veut créer un blog gratuit, on garde le nom de Word presse obligatoirement. Pour être aussi blogueur, il faut avoir la maitrise de la langue dans laquelle on écrit. Car l’exercice de cette activité impose la maitrise de certaines règles grammaticales. Et c’est le comité de lecteurs qui veille sur ces principes à travers des suggestions et propositions. A noter également qu’il existe actuellement au Mali, deux associations à savoir : Association des Blogueurs au Mali (ABM) et la Communauté des Bloggueurs du Mali (DONIBLOG) qui comporte aujourd’hui 25 blogueurs inscrits dont je suis le président. Force est de reconnaitre qu’il existe aussi des blogueurs indépendants. Je tiens aussi à souligner que depuis sa création, jusque-là, notre communauté n’a pas eu de problèmes avec les autorités parce que nous veillons au respect strict des normes régissant les médias maliens. Comme interdit, le bloggueur n’a pas le droit de diffamer, de publier des articles incendiaires…

Peut-on vivre du blogging ?

Bien sûr ! Il y a des blogueurs dans les autres pays qui subviennent à leurs besoins dans la mise en exergue du bloging à travers des contrats et autres qui leur seront éventuellement confiés. Mais en réalité, quand on vient dans le blogging, ça doit se faire par passion et non pour avoir de l’argent. Comme c’est le cas de beaucoup des blogueurs actuels qui monnayent cette activité en se livrant à des activités lucratives. Comme on le disait, de nos jours, les réseaux sociaux sont utilisés par les différentes structures pour faire passer leur message. Et les blogueurs sont les mieux placés pour véhiculer ces messages. Il y a des entreprises qui recrutent aujourd’hui les blogueurs, chose qui montre que cette activité peut bel et bien permettre de nourrir ses hommes. Donc je termine par dire que le blogging est une activité qui permet de lutter contre le chômage. Il joue aussi un rôle prépondérant dans le cadre de la mobilisation sociale et d’autres domaines.

Réalisée par Mamadou Diarra, stagiaire

Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *