IBK : « je fais ce que je dis et je dis ce que je fais ! »

Les Maliens sont déboussolés. Ils ne savent plus à quel saint se vouer. Un an après la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale, l’insécurité se généralise. Chaque jour que Dieu fait, Maliens et forces internationales comptent leurs morts. Des civils comme des militaires. S’y ajoutent une pauvreté endémique et une misère générale et généralisée. Sept familles sur dix peinent à se procurer trois repas par jour. La corruption est d’un naturel insoupçonné. Et le pillage des finances publiques, un sport national. Où sont donc passées les promesses du candidat IBK, qui promettait de restituer aux Maliens, leur fierté. Et au Mali, son prestige d’antan. C’est de tout cela dont il sera question, dans cette interview que le président de la République a bien voulu nous accorder à son retour de Dakar où, il vient de participer au 49e sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO.

ibrahim boubacar keita rpm ibk

Mr le président, les Chefs d’Etat de la CEDEAO ont, à l’issue de leur 49e sommet tenu à Dakar, insisté sur le redéploiement des forces armées et de sécurité au nord, notamment, à Kidal. Pourquoi cela prend-il du temps ?

C’est, aujourd’hui, le souhait de tous les Maliens, de tous les Africains et même de la communauté internationale. Mais à l’impossible nul n’est tenu !

C’est-à-dire ?

C’est-à-dire que nous voulons tous la même chose : déployer les forces armées et de sécurité à Kidal. Mais elles ne sont pas encore prêtes pour ce faire. Leur formation est en cours. Le matériel adéquat manque aussi.

Certains observateurs avisés de la scène « pourritique » invoquent une pression de la France…

Je ne suis soumis à aucune pression de la France. Je suis simplement réaliste.

Allez-vous traduire dans les faits cette recommandation de vos pairs de la CEDEAO ?

Ce sera fait !

Mr le président, les Maliens ne vous reconnaissent plus ? Nos concitoyens estiment que vous avez laissé l’initiative aux groupes armés de conduire le processus de paix, le gouvernement est absent et inaudible.

Que les Maliens se rassurent ! Je contrôle la situation.

Malgré tout, Mr le président, chaque jour il y a des morts

Les Maliens doivent me faire confiance, car je fais ce que je dis et je dis ce que je fais.

Pourtant, Mr le président, votre côte de popularité est au plus bas au sein de l’opinion

Dans les mois à venir, tu verras : elle sera au firmament !

Propos recueillis par Le Mollah Omar

 

Source: Canard Déchainé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *