Entretien avec l’Honorable Souleymane Soumano : «Les députés de la 5ème Législature sont ceux du changement»

Pouvez-vous vous présenter à nous, Honorable Soumano?

Je me nomme Soumano Souleymane, député élu dans la circonscription électorale de Kati sous les couleurs  du  parti RPM. Je suis logé actuellement dans la commune rurale de Dialakorodji. Je suis au RPM depuis sa création.

Assemblée nationale parlement députés Mali

 

Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez été confronté lors de la campagne?

Vous savez, les élections législatives ont été émaillées de beaucoup de difficultés. Pour le cas de Kati, c’est autre chose. D’abord, Kati, c’est un fief des militaires, Kati, c’est le socle du Mali, je peux le dire. Il n’était pas facile de convaincre les populations qui refusaient de voter, en disant «les Députés ne se soucient que de leur seul intérêt. Dès qu’ils sont élus, ils nous oublient, donc on ne vote pas».

 

 

Ce manque de confiance, nous a beaucoup marqué. En plus de cela, il y avait le cas d’Amadou Haya Sanogo et le problème du Nord du Mali.

 

 

 

En ces moments précis, il n’était pas facile d’entrer dans la famille de quelqu’un, surtout si son enfant était un militaire qui avait perdu son âme au Nord. Compte tenu de tous ces facteurs, il était difficile pour les uns et les autres de sensibiliser les populations du cercle de Kati.

 

 

On avait l’habitude, lors des élections précédentes, de donner de l’argent, des pagnes, du mil, du riz, aux populations pour aller voter. Les consciences étaient achetées. Tel n’a pas été le cas chez nous cette fois-ci, car nous avons montré par A plus B qu’on avait pas d’argent et qu’on était candidat dans le sens du changement.

 

 

 

Quelle vision avez-vous de la configuration actuelle de l’Assemblée?

Je remercie le bon Dieu par rapport à la coloration de cette AN, renouvelée à 80 ou 90%. Mais il faut que les nouveaux sachent que c’est par rapport à beaucoup de choses qu’on s’est débarrassé de la quasi-totalité des anciens. Je suis confiant en ces nouveaux élus. On ne sera pas là pour voter pour le simple plaisir de voter. On votera ce qui est  votable, mais jamais ce qui ne l’est pas. Les Députés de la 5ème législature sont ceux du changement et de la prudence. On ne votera pas des lois qui  seront étrangères à nos coutumes.

 

 

 

Le choix porté sur Issaka Sidibé comme Président de l’AN,a fait couler beaucoup d’encre, au motif qu’il est un proche D’IBk. Cet état de fait ne vous a-t-il pas laissé sur votre faim?

Par rapport à cette situation, je ne me suis pas approché de Mr Sidibé, mais je sais qu’il est du parti RPM depuis sa création. Les gens disent beaucoup de choses, mais, sans considération particulière, Mr Sidibé ne nous a pas été imposé. Il mérite son poste. On connaît d’ailleurs déjà l’homme à travers son caractère, sa volonté, sa détermination et son intégrité. Il ne peut être qu’un choix judicieux.

 

 

 

Quelle est l’opposition qui se dessine, à vos yeux ?

Je n’ai pas de griefs contre l’opposition, mais je lui demande d’être réaliste. Il est bon d’être dans l’opposition. L’opposition est susceptible de nous remettre sur les rails, par rapport au vote de certaines lois qui nous paraitront  obscures. Il n’y a pas de bon Hémicycle sans une opposition  forte. Elle mérite d’être mise dans ses droits.

 

 

 

Mais l’opposition ne doit pas se mettre en tête qu’elle est là pour s’opposer de façon aveugle à la majorité. Nous ne voterons jamais une loi qui ira à l’encontre de la Nation, pour ne pas mettre le pays dans le gouffre, comme on l’a vécu avec l’AN sortante.

 

 

 

Le Législatif va-t-il toujours être à la merci de l’Exécutif?

Il  n’en est pas question du tout. Cette nouvelle AN est celle de la vérité, celle du changement.

 

 

Le fait de ne pas dire la vérité amie le pays au chaos. Celle nouvelle AN est composée d’élus qui n’ont autre souci que la défense des intérêts de la Nation toute entière et non de la défense des intérêts personnels. Nous ne seront pas des élus  corrompus, des élus qui vont se laisser faire.

 

 

Même le Président de la  République  nous  a donné le feu vert de le corriger.

 

 

 

Comment appréciez-vous le début du quinquennat d’IBK?

Comme nous venons de rentrer et que l’AN n’est pas encore fonctionnelle totalement, on ne peut rien dire par  anticipation. Nul n’est sans savoir du programme initié par IBK. Nous sommes prêts à l’aider à bien réaliser ce programme. Le Mali avait besoin d’une telle personnalité comme Président de la République: un homme véridique, intègre.

 

 

 

Pouvez-vous nous citer quelques problèmes dans votre circonscription électorale?

Quand on est élu député, on devient un élu national, mais force est de reconnaître que ma base, c’est le cercle de Kati. A Kati, il n’y a pas d’entente entre les populations. On doit d’abord chercher à résoudre ce problème.

 

 

On doit aussi chercher à sensibiliser les uns et les autres, les amener à accepter les faits de Dieu. Les populations doivent être tolérantes entre elles et enterrer le passé.

On peut dire que Kati a été le maillon même du changement au Mali. Les difficultés d’évacuation des produits agricoles, dues à l’absence de routes, sont un défi. Il n’est pas facile, en effet,  de parcourir les 37 communes rurales du Cercle de Kati.

Les problèmes d’école, de  santé, d’adduction d’eau potable sont aussi des challenges. En tant qu’élu de cette circonscription, je me focaliserai d’abord sur la réconciliation. Nous élus, de Kati, nous aiderons les Maires dans leurs fonctions.

 

 

 

Quel appel avez-vous à lancer aux autres Députés?

Je dis en premier lieu aux Députés de ne pas oublier d’aller donner des remerciements partout où ils sont passés. N’oubliez pas de faire des restitutions N’oubliez pas pourquoi vous êtes là. Ne votez pas des lois qui trahissent la Nation. Agissez dans le sens des intérêts du Mali…

 

 

Propos recueillis par Adama Bamba

SOURCE: Les Echos du Parlement
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.