Cinq questions à MOUSSA TOURE « Personne ne viendra faire le Mali à notre place »

A la fin de la cérémonie de ramassage, nous nous sommes entretenu avec M. Moussa Touré, administrateur de la Société de gestion forestière. Dans cet entretien, il nous parle de l’organisation de cette cérémonie de ramassage et ses ambitions pour le pays. Lisez- le plutôt.

drapeau mali vert jaune or rouge couleur flotte

Mali- Flash : Présentez-vous à nos lecteurs ?

Moussa Touré : Je suis l’administrateur de la Société de gestion forestière. Elle évolue dans l’exploitation forestière. Une des missions de notre société vise à réduire considérablement la quantité de déchets enfouis et à intégrer à la source les notions de citoyenneté et de développement durable.

Pourquoi cette idée de collaboration avec le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable ?

Je voudrais tout d’abord rappeler que le bien être de la population, toutes catégories confondues, doit interpeller tout citoyen malien, d’autant plus que nous avons été sollicité par le département de l’Environnement et de l’Assainissement pour l’accompagner dans cette opération d’assainissement de la ville de Bamako. Cet appel, que nous avons jugé patriotique, nous a motivé à initier cette journée. Nous pensons que c’est un devoir pour tous en tant que citoyen de contribuer à l’assainissement de la vie pour créer un cadre de vie agréable aux populations.

Quelles ambitions nourrissez- vous pour rendre la vie agréable dans les villes du Mali ?

Nos ambitions pour un développement durable au Mali sont beaucoup plus élevées. Il s’agit alors pour nous de réussir comme toute autre société qui partage les mêmes visions que nous dans le domaine de l’assainissement. C’est pourquoi nous menons tous les jours des actions de ramassage pour que notre capitale retrouve son nom d’antan. Je profite de cette interview pour inviter les partenaires techniques et financiers à se joindre à nous pour rendre Bamako et les autres villes du Mali propres. Les défis sont énormes dans le domaine de l’assainissement. Mais si le monde entier conjugue ses efforts en faisant une de ses priorités l’assainissement, nous relèverons tous les défis du développement.

Pensez-vous élargir le projet de l’assainissement ?

Oui, chaque fois que cela est nécessaire et chaque fois que nous sommes sollicités par le ministère de l’Assainissement. En prêtant mains fortes au département de l’Assainissement, nous nous sentons dans le rôle d’entreprise citoyenne. Bref, nous sommes prêts à l’accompagner pour donner un autre visage à nos villes. Aujourd’hui, l’action publique a nécessairement besoin d’une union sacrée autour d’elle

Avez-vous un budget pour accompagner le ministère dans le ramassage des ordures ?

Pour le moment non. Nous n’avons pas un budget spécifique pour cela. Mais c’est une simple volonté que nous à pousser à s’engager dans cette voie citoyenne. Mais il est important de préciser que le budget d’aucune des deux actions que nous avons menées n’a dépassé 3 millions de F CFA.

Votre mot de la fin.

Je demande à tout le monde d’accompagner le gouvernement mais aussi de prendre conscience en disant que personne ne viendra faire le Mali à notre place.

Source: Mali-Flash

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *