Aguibou Bouaré au sujet de la détention extrajudiciaire des collaborateurs d’IBK : « Les conditions étaient globalement satisfaisantes à notre passage »

Dans une interview accordée au journal ‘’ Ciwara’’, le Président de la Commission nationale des droits de l’homme (Cndh), Aguibou Bouaré, s’est prononcé sur les conditions de détention des proches de l’ex-Président, Ibrahim Boubacar Kéita. Il les a jugées satisfaisantes tout en précisant que c’était au moment où ils sont passés voir ces détenus politiques à Kati. Interview !

 Ciwara : Avez-vous des informations sur les personnalités politiques et militaires dont l’ancien Premier ministre et l’ancien président de l’Assemblée nationale, détenues depuis le 18 août 2020 suite au coup d’Etat contre le président IBK ?

 Merci de nous interpeller sur cette préoccupation majeure. Comme vous le savez certainement, la Cndh est l’institution nationale des droits de l’homme du Mali, chargée de la protection, de la promotion des droits humains et de la prévention de la torture. À l’instar des institutions nationales des droits de l’homme d’autres pays fondés sur les résolutions pertinentes de l’ONU, et conformément aux principes de Paris, la Cndh du Mali est chargée de recevoir des plaintes individuelles ou collectives sur toutes allégations de violation des droits humains, de mener des investigations, d’établir les faits et de tout entreprendre, en vue de mettre fin aux violations constatées. Elle a également le mandat légal de visiter tous les lieux de privation de liberté, en vue de s’assurer du respect des droits fondamentaux des personnes privées de liberté, d’humaniser les conditions de détention. Autorité administrative indépendante, la Cndh joue aussi le rôle de Conseil auprès des autorités par rapport à toutes les questions de droits humains. C’est ainsi que vous assistez régulièrement à nos sorties dans le cadre de la mise en œuvre de notre mandat légal. Il est important de rappeler que la Cndh est une institution indépendante, impartiale à l’avant-garde de la protection des droits de l’homme dont la seule préoccupation est de veiller au respect des droits fondamentaux de toute personne vivant sur le territoire malien, en tout temps, en toute circonstance et en tout lieu. Pour mémoire, sous le régime déchu, nous avons pleinement joué notre rôle à travers notamment des dénonciations, des rappels de l’État à ses obligations, des visites aux détenus politiques du M5-RFP en son temps, etc. Nous continuerons à jouer toute notre partition pendant cette période transitoire, une période de pouvoir d’exception constituant, du reste, un terreau favorable aux violations des droits humains. D’où l’impérieuse nécessité de redoubler de vigilance. Cela dit, pour revenir à votre question, depuis le lendemain de l’interpellation des personnalités politiques, en lien avec les événements du 18 août passé, nous sommes montés à Kati pour nous acquitter de notre mandat légal. Nous avons eu droit à un accueil courtois de la part des responsables de la junte, même si nous n’avons pu rendre visite aux personnes privées de liberté ce jour ; l’engagement a été pris de nous rappeler. Nous avons dû envoyer plusieurs courriers de relance et passer par divers voies et moyens, avant d’être reçu le 27 août par la président du Cnsp, Colonel Assimi  Goïta, qui nous a rassurés que la longue période d’attente était loin d’être un signe de mépris. Ainsi, ce jour, nous avons pu rendre visite aux personnes privées de liberté dont l’ancien Président de la République à son domicile, les autres à Kati dont l’ancien Premier ministre et l’ancien Président de l’AN. À part la violation du droit à l’information, du droit à des visites extérieures, les conditions de détention étaient globalement satisfaisantes à notre passage. Cependant, nous avons noté que certaines personnes privées de liberté assimilaient leur statut à celui d’otages.

Quelle est la situation du fils de l’ancien président de la République, Bouba, séquestré à Sébénikoro ?

J’avoue que nous n’étions pas au courant de la privation de liberté de M. Bouba Keïta, pour la simple raison que le jour de notre visite, on nous a rassurés que les personnes auxquelles nous avons eu accès étaient les seules privées de liberté, sous la responsabilité de la junte. Nous ignorons à quand remonte la privation de liberté de M. Keïta. En tout état de cause, étant une personne humaine disposant de droits, nous solliciterons à nous enquérir de ses conditions de privation de liberté si sa détention est avérée.

Qu’est-ce que votre structure a fait pour que leur dossier soit judiciarisé ?
Comme je vous l’ai dit, nous avons une haute conscience de notre mandat légal. Je puis vous assurer que beaucoup de puissantes personnalités, en son temps, ont bénéficié de notre assistance lorsqu’elles sont passées de l’autre côté de la barre. Les exemples sont légion, je ne citerai pas de nom, il s’agit de l’histoire très récente de notre pays. Du jour au lendemain, l’on peut changer de statut. Du plus puissant, on peut se retrouver le plus vulnérable, victime d’abus. C’est pourquoi, nous ne nous lasserons jamais de rappeler que “nul n’est à l’abri de la violation de ses droits ” et que “la protection des droits de l’homme est une responsabilité partagée “. Je pense que beaucoup de nos concitoyens commencent à comprendre et à en prendre conscience grâce à nos efforts de sensibilisation, de formation, de communication et d’information. Notre mandat est de rappeler l’obligation de l’État du Mali à respecter ses engagements, à savoir les instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux, auxquels notre pays a souscrit en toute souveraineté, en matière de droits humains. Si les personnes privées ne sont pas détenues pour des raisons et sur des fondements juridiques ou judiciaires, un terme doit être mis à leur privation de liberté. C’est ce que la loi recommande.
En notre qualité de conseil sur les questions des droits humains, nous avons rappelé cela par la voie appropriée, et espérons que les autorités en tiendront compte.

Il est évident que toute privation de liberté, hors du cadre légal, constitue une détention extrajudiciaire, en violation des droits fondamentaux des personnes détenues. Nous continuerons à appeler l’attention des autorités sur cette situation.
Vous savez, la mission de défense des droits humains a ceci de particulier que vos mérites ne sont souvent reconnus par les régimes que lorsque les puissants d’aujourd’hui deviennent des victimes du lendemain. Au sommet de leur gloire, les dirigeants ont souvent une perception négative des organisations de défense des droits de l’homme, lesquelles n’ont pourtant ni camp ni clan. Le seul parti pris qu’elles font est celui exclusif de l’humain. Mettons donc les droits de l’homme au cœur de nos préoccupations afin que notre pays sorte de l’impasse.
Comme qui dirait ” une injustice faite à un individu est une menace faite à l’humanité”.
Nul n’est à l’abri de la violation de ses droits. La protection des droits humains est une responsabilité partagée.

Dieu préserve notre pays !Il est temps que dans notre pays, les conseillers et autres conseils quittent la posture de courtisans thuriféraires pour rendre service à la fois aux dirigeants et au pays, en conseillant ce qui est réaliste, légal et bon pour le pays dans le respect des droits de toute personne humaine.

 

Source Le Prétoire

Source: Journal le Ciwara Info

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *