Une nouvelle étape franchie dans la crise syrienne

Plus de trois semaines de bombardement, de raids aériens sur la localité syrienne devenue un fief rebelle. La Ghouta orientale traverse une pure crise humanitaire. C’est dans cette mesure que depuis une semaine tous les efforts sont orientés vers l’acquisition des voies et moyens pour imposer une trêve afin de permettre l’acheminement d’aides humanitaires. Toutes les tentatives étaient restées sans succès. Le lundi, la situation connait un climat d’accalmie rendant possible l’envoi d’un convoi humanitaire pour la première fois.

Des aides humanitaires (nourritures, médicaments, etc.) ont pu être acheminées dans la localité syrienne sous menace terroriste. Après plus d’une semaine de pilonnage, la Ghouta Orientale se réjouit enfin, lundi 5 mars, d’avoir reçu des aides pour la première fois. Ces aides acheminées par la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge permettront de prendre soin environ 27 000 personnes. Cette aide vaut mieux que rien même si la demande effectuée permettait de s’occuper de 70 000 personnes. L’envoi de ce convoi est rendu possible grâce à la trêve de 5 heures quotidiennes imposée par la Russie.

Pendant l’acheminement de ce convoi humanitaire, des tirs ont été entendus dans cette zone assiégée comme nous laisse entendre l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) : « Il y a eu lundi matin des frappes aériennes et des tirs de Roquettes sur plusieurs secteurs de la Ghouta. » Outre cela, il faut noter également que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait état de certains matériels retirés par les militaires syriens lors du contrôle des camions. « Toutes les trousses d’urgence, le matériel chirurgical, le matériel de dialyse et l’insuline ont été confisqués par sécurité », affirme l’OMS.

Les Nations-Unies avaient annoncé dimanche avoir reçu l’autorisation d’acheminer ce convoi. Le second convoi humanitaire est attendu jeudi. Ces convois sont toujours accompagnés d’autocars vides afin de permettre à certaines personnes de quitter cette zone sous haute tension depuis le 18 février, des tensions ayant fait 709 victimes au sein de la population civile.

L’envoi de ce convoi intervient après que le gouvernement syrien proclama avoir recouvré plusieurs secteurs conquis par les rebelles. Cette reconquête se fit grâce à l’appui de la Russie. Depuis déjà quelques jours, les troupes de Bachar El-Assad mènent des combats au sol afin de reconquérir toutes les zones sous contrôle terroriste.

 La population de ce fief rebelle traverse une période critique due aux bombardements incessants dont la ville fait l’objet. Cette population est véritablement dans un besoin humanitaire qui s’exprime en termes de nourriture, de médicaments, d’eau potable, etc. Les hôpitaux sont bombardés, les blessés ne parviennent pas à être évacués, la malnutrition monte d’un cran. C’est la raison pour laquelle tous les regards sont rivés vers cette zone.

Fousseni TOGOLA

Source: Le Pays-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *