Un attentat fait 33 morts en Afghanistan, l’Etat islamique accusé

KABOUL (Reuters) – Une attaque suicide devant une banque où les fonctionnaires viennent percevoir leur traitement a fait 33 morts et plus de 100 blessés samedi à Jalalabad, a annoncé le chef de la police de cette ville de l’est de l’Afghanistan.

policiers afghans  Jalalabad afghanistan

Le président afghan Ashraf Ghani a mis en cause le groupe djihadiste Etat islamique (EI), qui n’a jusqu’alors jamais frappé en Afghanistan, sans autre précision.

Selon les médias locaux, l’attentat a été revendiqué par un ancien porte-parole des taliban pakistanais au nom de l’EI en Afghanistan et au Pakistan. Reuters n’a pas pu joindre ce porte-parole et ses relations avec l’organisation djihadiste ne sont pas clairement établies.

L’attaque a en revanche été condamnée par les taliban afghans, alors qu’ils en ont revendiqué de nombreuses autres ces derniers mois.

“Il s’agit d’un acte maléfique. Nous le condamnons fermement”, a déclaré à Reuters Zabihullah Mujahid, porte-parole du groupe islamiste.

L’explosion a soufflé les vitres et projeté des débris dans toute la rue, saturant l’air de fumée et de poussière.

“Il s’agissait d’un attentat suicide”, a déclaré le chef de la police, Fazel Ahmad Sherzad, précisant que les enquêteurs n’avaient pas encore déterminé si l’auteur de l’attaque avait dissimulé les explosifs dans ses vêtements ou s’il les avait placés dans un véhicule.

La police cherche également à déterminer si une deuxième explosion a eu lieu au moment où la foule se précipitait sur les lieux de la première, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.

La police a précisé avoir par la suite fait exploser une autre bombe découverte près du lieu de la première explosion.

L’armée afghane doit faire face régulièrement à des attaques meurtrières alors que le soutien que lui apportent les troupes de l’Otan continue de diminuer.

Les soldats occidentaux ont été jusqu’à 130.000 sur le sol afghan mais ne sont plus aujourd’hui que quelques milliers, qui participent principalement à des actions de formation ou à des opérations spéciales.

(Rafiq Sherzad à Jalalabad et Mirwais Harooni à Kaboul, Marc Angrand et Tangi Salaün pour le service français)

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.