Trump espère que les discussions entre les deux Corées “iront au-delà des JO”

Le président Donald Trump, accompagné du vice-président Mike Pence, et le député de la majorité républicaine Steve Scalise, R-La., à droite, s’adresse aux médias lors d’une retraite du leadership du parti républicain à Camp David, Maryland, 6 janvier 2018.

Le président américain Donald Trump s’est félicité samedi de la reprise prochaine des discussions entre les deux Corées, en signe de détente diplomatique, et a ajouté espérer que celles-ci “iront au-delà” des jeux Olympiques de février en Corée du Sud.

“Au moment opportun, nous nous impliquerons” dans ces discussions relancées après deux ans de tensions exacerbées, marquées par trois essais nucléaires nord-coréens et de nombreux essais de missiles, a ajouté M. Trump devant la presse à Camp David.

La rencontre intercoréenne mardi prochain doit porter sur la participation de la Corée du Nord aux jeux de Pyeongchang, qui débutent le 9 février. En signe d’apaisement, Washington et Séoul ont reporté des exercices militaires conjoints, qui alimentent chaque année les tensions dans la péninsule, et qui devaient avoir lieu pendant les jeux Olympiques.

“J’adorerais les voir aller au-delà des JO”, a-t-il dit au sujet de ces discussions prévues à Panmunjom, un village frontalier où fut signé le cessez-le-feu de la guerre de Corée (1950-53).

“Je veux vraiment que cela marche entre les deux pays, j’aimerais les voir participer aux jeux Olympiques et les choses pourraient peut-être continuer à partir de là”, a-t-il expliqué, s’attribuant les mérites de la relance du dialogue par le ton très dur adopté contre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

Le président sud-coréen Moon Jae-In “m’a beaucoup remercié pour mes déclarations fortes” alors que les précédents dirigeants américains “avaient tout donné” au régime nord-coréen sans rien recevoir en échange, a-t-il affirmé.

Les efforts américains pour empêcher Pyongyang de se doter de l’arme nucléaire mélangent sanctions économiques, pression diplomatique sur la Chine (principal soutien de la Corée du Nord), et menaces de destruction en cas d’attaque contre l’Amérique ou ses alliés.

M. Trump y a ajouté les insultes, affublant Kim Jong-Un du sobriquet “petit homme-fusée”, ou les railleries, en assurant qu’il possédait un bouton nucléaire “plus gros et plus puissant”.

Il a pourtant assuré samedi être prêt à discuter au téléphone avec le dirigeant nord-coréen. “J’ai toujours cru dans les discussions”, a déclaré M. Trump, espérant “arriver à une solution très pacifique et très bonne”.

“Si quelque chose peut ressortir de ces discussions, cela serait magnifique pour toute l’humanité”, a-t-il conclu.

Avec AFP

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *