Syrie: l’opposition s’alarme des exactions à Alep, sur le point de tomber

Syrie, l’armée du régime a étendu son contrôle sur presque la totalité de la ville d’Alep, à l’issue d’un mois d’offensive et quatre ans après l’occupation par les rebelles de la partie orientale de l’ancienne capitale économique du pays. Les insurgés se sont battus jusqu’au bout, mais devant la puissance de feu des troupes gouvernementales et de ses alliés, leurs choix étaient limités.

syrie attentat explosion bombardement

Après l’effondrement dramatique de leurs lignes de défense, les rebelles se sont repliés, lundi après-midi, vers le quartier de Salaheddine, un réduit de deux kilomètres carrés, indéfendable et totalement encerclé. Selon des sources militaires russes et syriennes, près de 800 insurgés se sont rendus aux troupes gouvernementales ces dernières 24 heures.

Des médias arabes proches de l’opposition syrienne ont fait état d’exécutions sommaires de rebelles et de civils, capturés par l’armée syrienne et ses alliés. Des habitants d’Alep joints par RFi confirment ces exactions : des atrocités sont commises.

La nuit de l’horreur

François Hollande: «un sentiment de révolte face à ces massacres à répétition dont la population civile est la cible»
La nuit de lundi à mardi a été la nuit de l’horreur. Les combattants de l’opposition sont défaits incapables de stopper la progression des miliciens pro-régime. Des mercenaires afghans, iraniens, irakiens transforment les derniers secteurs aux mains de l’opposition en abattoir. Des civils sans défense sont massacrés par balles ou égorgés. Abd el Wahab Abou Zeid, militant de l’opposition, l’un des contacts de RFI à Alep lance un appel à l’aide. « Nous, habitants d’Alep, nous implorons la communauté internationale, nous demandons au monde entier, à tous ceux qui peuvent entendre les cris de nos femmes et de nos enfants : aidez-nous !
Mobilisez-vous pour nous, faites ce qui est en votre pouvoir. Je m’adresse à tous les peuples, au peuple français : faites quelque chose, manifestez, ou simplement condamnez ce qui nous arrive. Soutenez-nous !
Les forces du régime sont en train d’exécuter nos enfants et nos femmes en pleine rue.
Les combattants de l’opposition n’ont que faire du contrôle de territoires… On ne défend pas les pierres, on défend les vies humaines. Les forces du régime et leurs alliés russes et iraniens commettent un génocide ! »

« Ils sont en train de commettre un génocide »

« Les forces du régime sont en train d’exécuter par balles des civils dans le quartier de Ferdous dans les secteurs assiégés d’Alep, témoignait lundi soir ce même habitant d’Alep, joint par RFI. Parmi ces civils il y a des femmes et des enfants… Ils sont en train de commettre un génocide. Ils tirent sur tout ce qui bouge et ne font aucune distinction entre un adulte et un enfant. Des familles s’entassent dans les rues de ce qu’il reste encore des quartiers d’Alep-est contrôlés par l’opposition. Et il y a aussi des dizaines de tirs d’obus. Les aviations russe et syrienne sont omni-présentes au-dessus de nos têtes… C’est la fin ici dans la zone assiégée ».

A Alep Ouest, c’est la fête

Plusieurs civils se sont filmés. Tous débutent leur vidéo par cette phrase : c’est probablement la dernière fois que je vous parle. Derrière eux on entend des tirs, des bombardements. Impuissants, ils attendent la mort.Damas et le Hezbollah libanais démentent toute exaction contre les populations civiles.

Pendant que les civils qui le peuvent quittent leurs quartiers dévasté pour gagner les secteurs tenus par les troupes gouvernementales, les habitants d’Alep-Ouest, sous contrôle du gouvernement de Bachar el-Assad, n’ont pas attendu l’annonce officielle de la fin de la bataille pour célébrer la libération et la réunification de la ville, rapporte notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh. A pied ou en voiture, des centaines de personnes ont sillonné les rues, scandant des slogans à la gloire de l’armée syrienne et du président Bachar al-Assad.
Alep: dans les quartiers fidèles au président Bacahr el-Assad, c’est la fête à l’annonce de la chute imminente des dernières poches de résistance à l’est de la 2e ville du pays.
REUTERS/Omar Sanadiki
Les combats se poursuivent à Palmyre

A Palmyre, reprise dimanche par le groupe Etat islamique, les nouvelles étaient, en revanche, moins bonnes pour l’armée syrienne. Les nouvelles lignes de défense établies à la hâte à l’ouest de Palmyre par les troupes gouvernementales n’ont pas résisté longtemps : les jihadistes ont poursuivi leur progression lundi, occupant le champ gazier de Hayan, au sud-ouest de la ville antique. Les combattants du groupe Etat islamique se sont rapprochés de l’aérodrome T4, situé à 50 kilomètres à l’ouest de Palmyre, utilisé par les hélicoptères russes et syriens. Plusieurs roquettes se sont abattus sur le site, qui n’avait jamais été menacé depuis le début de la guerre. Mais l’avancée des jihadistes devrait être ralentie par l’étirement de leurs lignes de ravitaillement et par les importants renforts acheminés par l’armée syrienne et le Hezbollah libanais.

Source: Rfi

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *