Quatre morts et 90 blessés dans la “Zone verte” de Bagdad

Au moins quatre manifestants ont été tués et 90 autres blessés lorsqu’ils ont été expulsés vendredi de la “Zone verte” de Bagdad, a-t-on appris samedi de sources hospitalières.

soldats militaire arme irakiens barrage

Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles, utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour déloger la foule qui avait envahi la zone qui abrite bâtiments gouvernementaux, le Parlement et beaucoup d’ambassades.

Le bilan, établi auprès de quatre hôpitaux où les victimes ont été emmenées et auprès de la morgue de Bagdad, ne tient compte que des victimes de tirs à balles réelles et ne comprend pas celles qui ont été asphyxiées par les gaz lacrymogènes.

Plusieurs milliers de manifestants, parmi lesquels se trouvaient des partisans du dignitaire chiite Moktada Sadr et des sympathisants d’autres organisations, sont entrés de force vendredi dans la” Zone verte”, pour la deuxième fois en trois semaines.

L’usage de la force pour disperser les manifestants a été condamné par le mouvement de Moktada Sadr qui a regretté un usage excessif de la force. “Tirer à balles réelles contre des manifestants pacifiques est tout à fait injustifié et c’est la preuve que ce gouvernement soi-disant légitime est devenu un gouvernement oppressif”, a dit dans un communiqué Jaafar al Moussaoui, adjoint de Moktada Sadr.

Le Premier ministre irakien, Haider al Abadi, a de son côté condamné l’envahissement de la “Zone verte” et prévenu du risque de voir le chaos s’installer alors que les forces gouvernementales cherchent à prendre l’avantage sur les forces de l’Etat islamique.

Les Nations unies ont de leur côté fait part samedi de “leur grande préoccupation” et prévenu aussi que ces troubles risquaient de ruiner les efforts déployés pour vaincre l’Etat islamique, qui occupe toujours des pans de territoire dans le nord et l’ouest de l’Irak.

“Seuls les ennemis de l’Irak, Daech en premier lieu, tirent profit du chaos”, dit dans un communiqué le représentant de l’Onu en Irak, Jan Kubis.

(Ahmed Rasheed, Kareem Raheem et Stephen Kalin, Nicolas Delame pour le service français)

Source :YAHOO

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *