Nos expatriés maliens : Sébé Coulibaly, «Le foot m’a tout donné»

Dans cette interview, la Franco-Malienne revient sur son transfert au FF Yzeure et évoque d’autres sujets comme l’annulation de la CAN-féminine, la sélection nationale et l’application Ladies Squad qu’elle a lancée, il y a quelques semaines

L’Essor : Quand est-ce que la saison 2020-2021 démarre et comment votre club prépare cet exercice ?

 Sébé Coulibaly : La saison a repris depuis le 20 juillet, nous sommes en pleine préparation. Le championnat reprend le 6 septembre et nous avons déjà livré quelques matches amicaux. Je suis arrivée au club, il y’a quelques semaines et mon premier constat est que l’équipe travaille dans de bonnes conditions.

En plus, l’atmosphère est bonne et il y’a une envie collective de réaliser quelque chose ensemble. Je suis contente d’être là et j’espère que l’équipe atteindra l’objectif qui a été fixé par les dirigeants, à savoir la montée en première division. Le challenge est excitant, je suis prête à donner le meilleur de moi-même.

L’Essor : Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à aller à Yzeure ?

 Sébé Coulibaly : J’ai changé de club parce que mon ancien club, le RC Saint-Denis a été relégué en division inférieure, d’une part et d’autre part, parce que les dirigeants ont décidé de ne pas renforcer le groupe. Toutes les joueuses ont demandé à ce que l’effectif soit renforcé pour nous permettre de rebondir, mais la direction du club n’a pas accepté. Dieu faisant bien les choses, j’ai reçu, entre temps une bonne proposition d’Yzeure. C’est comme cela que je suis venue ici et je pense avoir fait le bon choix. En tout cas, je me sens bien ici et j’espère réaliser quelque chose avec le club.

L’Essor : Vous avez joué deux CAN avec les Aigles Dames. Quels souvenirs retenez-vous de ces deux campagnes ?

 Sébé Coulibaly : J’avoue que je n’étais pas confiante au début de mon aventure avec la sélection malienne. Mais au fil du temps, cette tendance s’est inversée parce que mes coéquipières m’ont aidée à intégrer le groupe. Je pense que la sélection nationale a un bon groupe, soudé et surtout organisé. Les Aigles Dames manquent seulement de soutien pour aller loin dans les compétitions internationales. Je profite de cette interview pour demander plus de soutien de la Fédération malienne de football et du ministère de la Jeunesse et des Sports.

Comme les sélections masculines, les sélections féminines ont également besoin d’être soutenues et accompagnées par les instances sportives. Les joueuses ont besoin d’être motivées, comme on le fait pour les footballeurs à chaque campagne.

Pour revenir aux deux dernières CAN, je pense que les Aigles Dames se sont bien comportées dans l’ensemble et montré que l’équipe a progressé. Lors de la dernière CAN par exemple, l’équipe s’est hissée pour la première fois de son histoire en demi-finale, avant de terminer quatrième du tournoi. Je pense que c’est un résultat très encourageant.

L’Essor : La CAN 2020 a été annulée par la CAF pour cause de crise sanitaire et cette décision a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Quel est votre point de vue ?

 Sébé Coulibaly : Je pense que la CAF devait reporter le tournoi comme cela a été le cas pour les compétitions masculines. Pour moi, cette décision de la CAF est une discrimination pure et simple à l’endroit du foot féminin. Nous demandons au président de la CAF, Ahmad Ahmad et au comité exécutif de revenir sur leur décision, en reprogrammant la CAN. Depuis l’annonce de l’annulation de la compétition, une pétition circule et beaucoup de fédérations soutiennent cette initiative. J’espère que la Fédération malienne de football a signé la pétition pour dire non à l’annulation de la CAN. Si notre fédération ne l’a pas encore fait, qu’elle le fasse le plus rapidement.

L’Essor : La prochaine CAN, qualificative pour la Coupe du monde, aura lieu en 2024. Que doit faire le Mali pour pouvoir se qualifier pour le Mondial ?

 Sébé Coulibaly : Nous avons un groupe jeune, de plus en plus de joueuses maliennes vont à l’étranger, je trouve cela très positif. Avoir des joueuses expatriées dans le groupe est toujours un plus, en termes d’expérience. En 2018, on aurait pu se qualifier pour la Coupe du monde, mais l’équipe a péché par manque d’expérience. Nous avons appris de cet échec et j’espère que la prochaine fois sera la bonne pour notre pays. Personnellement, j’y crois.

 L’Essor : Récemment vous avez créé une application pour le football féminin. Quels sont objectifs visés à travers cette application ?

 Sébé Coulibaly : L’application Ladies Squad permet de faciliter la pratique du football pour les femmes. Elle permet de mettre en lien, en connexion les filles pour jouer au football ensemble, foot à 5, foot à 7, foot à 11. Quand je rentrais chez moi, aux Bosquets à Montfermeil, je voyais pas mal de filles jouer en bas des tours, mais curieusement j’en voyais beaucoup moins sur les terrains de foot à cinq ou en club. Je me suis donc dit qu’il fallait créer un outil pour les mettre en réseau. Grâce à Ladies Squad, les femmes souhaitant taquiner le cuir en dehors d’un club pourront donc compléter des créneaux réservés auprès de certaines structures de foot à 5, futsal ou foot à 11. Un outil dont la conception m’a demandé beaucoup de travail. Cela m’a pris une bonne année. J’y ai même investi ma prime de 4è place de la dernière CAN.

Je ne veux pas du tout exclure les garçons. Moi-même, j’adore jouer contre eux, passé ce petit regard narquois est certain quand ils entendent femme et foot. Et puis, on ne chassera certains préjugés que par l’échange et la rencontre…

L’Essor : En quoi cette application peut avoir un impact sur la pratique du football féminin au Mali?

 Sébé Coulibaly : Elle servira à toutes les joueuses qui n’osent pas encore s’inscrire dans les clubs ou tout simplement celles qui recherchent du foot loisir. Elles pourront s’inscrire et jouer librement quel qu’en soit le jour ou l’heure. L’application évitera que les filles manquent d’effectifs car son but est de mettre en lien les femmes pour jouer ensemble et permettre également aux femmes de se faire une place sur les terrains, souvent squattés par les hommes. J’invite donc toutes les joueuses à aller animer les pages Ladies Squad sur Instagram et Facebook.

 L’Essor : Est-ce que vous venez souvent au Mali en dehors des convocations de la sélection nationale ?

 Sébé Coulibaly : Oui, je viens souvent au Mali parce qu’une partie de ma famille se trouve à Bamako. C’est vrai que mes séjours au Mali ne sont pas fréquents, mais à chaque fois que j’ai l’occasion de venir voir la famille, je n’hésite pas une seconde. Mon ambition est de remporter une Coupe d’Afrique avec le Mali. Dans la vie, le foot m’a beaucoup apporté : des rencontres, de la persévérance et surtout de la confiance. J’aimerais donc qu’il en soit de même pour toutes mes coéquipières de la sélection.

 

Interview réalisée par

Djènèba BAGAYOKO

 

Source: L’Essor-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *