“Les musulmans en Occident doivent s’intégrer dans leur société et les marquer de leur empreinte, dans les sciences et la culture” (Dr. Yousef Al-Othaimeen)

Le Secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), Dr. Yousef A. Al-Othaimeen, a exhorté, mercredi à Djeddah, les communautés et minorités musulmanes, vivant dans les pays non musulmans, à continuer de s’intégrer dans leurs sociétés d’accueil et à collaborer avec elles, indique un communiqué de l’OCI.

 

Dans un discours à l’ouverture, le 14 juillet 2020, du Forum virtuel de l’Union des agences de presse des Etats membres de l’OCI (UNA), une des institutions spécialisées de l’Organisation, Dr. Yousef A. Al-Othaimeen, a ajouté que cette intégration doit s’opérer “conformément aux législations en vigueur dans ces pays, tout en adoptant les procédés pacifiques et les canaux officiels et réglementaires pour résoudre tout problème qu’ils (Ndlr, les musulmans) peuvent avoir à affronter”

Le Secrétaire général de l’OCI a insisté sur “le devoir de tout musulman de donner l’exemple, de par son pacifisme, sa conduite, son comportement et ses opinions, et d’illustrer les valeurs sublimes de l’Islam qui prônent l’amour du prochain, l’affection mutuelle, la tolérance et l’acceptation d’autrui, et bannissent les excès et l’extrémisme”.

Dr Al-Othaimeen a appelé les musulmans vivant en Occident à se préoccuper de marquer de leur empreinte indélébile le progrès du savoir et de la culture, et à se conduire en citoyens utiles « Loin de toute tendance isolationniste par rapport à la société élargie et de toute tentative d’imposer à autrui leurs propres opinions et croyances ».

« En Europe et en Russie, vivent près de 65 millions de musulmans », a-t-il dit, exhortant cette « majorité silencieuse » à se solidariser avec le combat contre le terrorisme, l’extrémisme et le fanatisme, tant il est vrai qu’il existe parmi eux des médecins, des enseignants, des ingénieurs et des femmes d’affaires qui peuvent, par leur cohésion et leur solidarité agissante, isoler les voix dissonantes ».

Al-Othaimeen a ajouté que l’OCI est concernée par les communautés musulmanes et « possède un département des Communautés musulmanes, l’Organisation ayant assumé des rôles d’importance dans leurs causes, dans bien des pays ».

Au sujet de l’islamophobie et de sa relation avec l’extrémisme et le terrorisme, le Secrétaire Général a déclaré : « L’un vit de l’autre. Le phénomène du fanatisme, de l’extrémisme ou du terrorisme des uns aura renforcé les sentiments de haine envers l’Islam et envers les musulmans. Les tendances à l’extrémisme, au fanatisme ou au terrorisme continuent d’exister dans diverses franges sociales, des deux côtés, indépendamment des données confessionnelles et raciales ».

Dans ce même contexte, Al-Othaimeen a mis en relief le rôle important que l’Observatoire de l’Islamophobie de l’OCI joue dans le repérage des cas d’islamophobie et dans la sensibilisation des Etats et des Organisations internationales aux agressions et attaques islamophobes.

MD

(AMAP)

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *