L’affaire grave de corruption qui secoue l’armée

Une instruction judiciaire vient d’être lancée pour tirer au clair un scandale de corruption relatif à l’attribution de marchés d’équipements dans les hôpitaux militaires. Les faits se sont déroulés entre 2006 et 2012 mais n’ont été révélés qu’aux Etats-Unis dans un premier temps, après la condamnation de l’entreprise allemande de dispositifs médicaux, Fresenius, à verser 231 millions de dollars pour avoir versé 30 millions de dollars de corruption dans 17 pays dont le Maroc. Ce dernier devait s’équiper à l’époque en installations à des fins de dialyse dans les hôpitaux des Forces Armées royales et c’est un certain, Pr. Zouheir Oualim, un chef de service de néphrologie qui avait la charge de ce dossier d’appel d’offres et qui pilotait l’acquisition de ce matériel pour plusieurs établissements de l’armée, le plaçant en première ligne pour les achats.

C’est alors qu’il est sollicité par le représentant de l’entreprise allemande au Maroc pour favoriser l’offre de Frenesius en échange de juteux pots de vin. Une fois l’enquête lancée aux Etats-Unis et des demandes d’informations parvenues à Rabat, le médecin a préféré quitter son poste pour rebondir dans le privé, en créant en 2015 un centre de nephro dialyse au quartier Hassan à Rabat sous l’enseigne ” Centre Idriss Al Akbar”. L’enquête dira si le professeur Oualim a créé son centre avec l’argent versé en pots de vin par l’entreprise allemande.

Par Jalil Nouri

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *