“Je suis fatiguée de vivre, c’est une punition », se lamente la plus vieille femme du monde (Vidéo)

Koku Istambulova a apparemment 128 ans, une femme qui est censée être de nos jours la personne vivante la plus âgée, raconte qu’elle n’a pas été heureuse un seul jour dans sa vie et que sa longévité est “une punition”.

Sa date de naissance, le 1er juin 1889, a apparemment été confirmée par le gouvernement russe sur son passeport.

Bien qu’étant peut-être une battante, Mme Istambulova, qui vit dans un village de Tchétchénie, n’est pas très heureuse de sa vie.

Lorsqu’on lui a demandé comment elle avait vécu si longtemps, Koku, originaire d’un village de Tchétchénie, a répondu à un intervieweur : “C’était la volonté de Dieu. Je n’ai rien fait pour que ça arrive.”

“Je vois des gens faire du sport, manger quelque chose de spécial, se maintenir en forme, mais je n’ai aucune idée de la façon dont j’ai vécu jusqu’à présent.”

Et elle a affirmé : “J’ai toujours travaillé dur, j’ai creusé des trous dans le jardin. Je suis fatiguée.”

“Une longue vie n’est pas un cadeau de Dieu pour moi, mais une punition.”

Des parents disent qu’elle a perdu il y a cinq ans sa seule fille survivante Tamara qui a vécu jusqu’à l’âge de 104 ans.

Elle s’exprime bien et est capable de se nourrir et de marcher, mais sa vue est défaillante.

Koku soutient aussi : “J’ai survécu à la guerre civile (russe) (après la révolution bolchévique), à la Seconde Guerre mondiale, à la déportation de notre nation en 1944 et à deux guerres tchétchènes.”

“Et maintenant je suis sûr que ma vie n’était pas heureuse. Je me souviens des chars avec des Allemands qui passaient devant notre maison. C’était effrayant.”

“Mais j’ai essayé de ne pas le montrer, on se cachait dans la maison. La vie au Kazakhstan a été la plus difficile pour nous.”

Publicité

“Quand nous étions en exil – nous avons aussi vécu en Sibérie – mais au Kazakhstan, nous avons senti que les Kazakhs nous détestaient.”

Le fonds de pension, un organisme d’État, prétend qu’il y a 37 personnes âgées de plus de 110 ans en Russie, mais toutes ces affirmations, y compris celles de Koku, sont impossibles à vérifier en raison de l’absence de registres écrits fiables sur les accouchements ou la petite enfance.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *