Hollande assure qu’il aurait “pu battre Macron mais ne l’a pas voulu”

françois Hollande, était l’invité du journal de 20h de France 2 ce mardi soir, à la veille de la publication de son livre Les leçons du pouvoir. L’ex-président de la République s’est exprimé au sujet de son successeur.

S’il ne sera publié que ce mercredi, le livre de François Hollande a déjà fait grand bruit, notamment pour certains propos salés au sujet de son successeur à l’Elysée. C’est dans ce contexte que l’ancien chef de l’Etat était l’invité du journal de 20h de France 2 ce mardi soir.

Un renoncement “douloureux”

François Hollande a notamment évoqué son renoncement “douloureux” à se présenter à un second mandat: “Lorsque je suis en charge de l’Etat, je suis honoré par la confiance des Français, je prends de lourdes décisions pour leur vie. Y renoncer était douloureux mais c’était mon devoir.” Il a alors rappelé les obstacles qui s’étaient dressés sur la route d’une seconde campagne: la division de la gauche, la force de la droite au début de la campagne, celle de la candidate du Front national, et bien sûr la candidature d’Emmanuel Macron.

La journaliste Anne-Sophie Lapix lui a alors demandé s’il aurait pu défaire son ancien protégé lors de la présidentielle: “J’aurais pu le battre mais je ne l’ai pas voulu”, a-t-il assuré.

“Qu’est-ce que ça aurait donné? Car ce ne serait ni lui ni moi qui aurait gagné et on aurait eu ou l’extrêmedroite ou la droite dure avec un candidat discrédité.”

Après avoir défendu la politique fiscale qu’il avait lui-même mise en place en son temps, évoquant un “appel à la solidarité” alors nécessaire, François Hollande a attaqué celle d’Emmanuel Macron: “Là, je ne comprends pas. Lorsqu’un budget va mieux, que les comptes publics sont redressés, il n’est pas nécessaire de demander des prélèvements supplémentaires et encore moins aux moins favorisés. Et comment accepter que ce soient les titulaires des plus gros patrimoines qui soient aujourd’hui les bénéficiaires de cette redistribution ?”

Emmanuel Macron “fait un pari qui n’est pas le bon”

Remettant en cause les motivations de son successeur, l’ancien président a ajouté: “Pensez-vous que c’est parce que vous avez un placement financier que vous investirez dans l’économie réelle? Non. Il (Emmanuel Macron, NDLR) fait un pari qui n’est pas le bon.” François Hollande a encore mis en garde celui qui fut son ministre de l’Economie: “Pas de croissance durable, pas de cohésion, s’il y a un creusement des inégalités.”

S’agissant de la réforme contestée de la SNCF, il a appelé à “un temps de discussion et de négociations”. “Quand on conduit la réforme dans la négociation, elle est comprise et acceptée”, a-t-il noté.

Enfin, François Hollande est revenu sur un passage du discours d’Emmanuel Macron , lundi soir à la Conférence des évêques de France: “C’est bien qu’il se soit adressé aux catholiques, mais ce qui m’a surpris c’est qu’il ait pu dire qu’il y avait une ‘relation abîmée’ (entre l’Etat et l’Eglise, NDLR), qu’elle devait être ‘réparée'”, s’est étonné François Hollande. “Comment pourrait-elle être abîmée? S’il s’agit du mariage pour tous, du remboursement intégral de l’IVG, s’il s’agit de la fin de vie, c’était à l’Etat, à la loi de dire ce que devait être le droit. Ces mesures n’avaient pas vocation à froisser les catholiques. Il y avait un message de droit et de liberté à faire passer”, a posé l’ex-président de la République.

Robin Verner

SourceBFMTV

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *