CONTROVERSE ENTRE LE MALI ET LE VENEZUELA POUR UNE AFFAIRE DE TRAFIC D’OR : LES AUTORITÉS MALIENNES DÉMENTENT TOUTE IMPLICATION DANS UNE MANŒUVRE DE TRAFIC D’OR !

Julio Borges, l’un des chefs de l’opposition politique vénézuélienne a fait une révélation fracassante sur une affaire de  trafic d’or entre les autorités Malienne et Vénézuélienne. Il a déclaré que le Mali a servi de couloir à un réseau de trafic de lingots d’or pour le gouvernement Vénézuélien, au compte de Nicolas Maduro. D’après ses affirmations, ce business a permis à Maduro d’empocher une somme colossale qui s’élève à plus d’un milliard d’euros. L’annonce a été faite la semaine dernière par Julio Borges alors qu’il se trouve en exil. 

 

Par ailleurs,  la réponse des autorités maliennes n’a pas tardé pour contrer cette déclaration. Ainsi, le gouvernement a nié  toute  implication de près ou de loin dans cette manœuvre.

« Pour le cas spécifique du Venezuela, nous n’étions pas au courant, mais si cela se confirme, toutes les mesures seront prises », a laissé entendre Alexis Dembélé, Directeur de cabinet du ministre malien des Mines.

Il faut rappeler que  l’Afrique est considérée comme un terrain propice qui favorise le trafic d’or vers Dubaï. Les circuits clandestins qui permettent le développement dudit trafic ne sont toujours pas contrôlés par les responsables de lutte contre la prolifération des trafics d’or, moins encore par les Douanes.

Autres détails,  les sanctions américaines contre la compagnie nationale de pétrole frappent de plein fouet le développement économique du régime en place.

Selon les informations relayées par Reuters, « les réserves d’or de la Banque centrale sont expédiées au Mali par le biais d’avions russes, avant d’être revendues principalement aux Emirats arabes unis qui possèdent avec Dubaï, l’un des principaux centres mondiaux de négoce d’or. »

Il faut donc noter que le Venezuela traverse depuis 2019 une crise politique, car d’aucuns refusent de reconnaître le  pouvoir de Nicolas Maduro, considéré comme Chef d’Etat par la Chine et la Russie. A l’opposé,  Juan Guaïdo, président de l’Assemblée nationale, est reconnu par les Etats-Unis, la France et l’Union européenne en tant que président de la République par intérim.

Oumar ONGOIBA

Source : Le Soir De Bamako

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.