Concert de Black M annulé : la ministre de la culture dénonce « un ordre moral nauséabond »

« Des voix déchaînées ont obtenu l’annulation d’un concert au nom d’un ordre moral nauséabond et décomplexé. N’acceptons jamais cela. » La ministre de la culture, Audrey Azoulay, a dénoncé samedi 14 mai depuis Cannes l’annulation d’un concert du rappeur Black M, qui devait se produire après la cérémonie de commémoration de la bataille de Verdun. « Ce n’est pas la première fois que l’autocensure succède à ces coups de forces inacceptables », a ajouté la ministre qui s’exprimait devant des professionnels du cinéma à l’occasion du Festival de Cannes.

Black M rappeur chanteur francais sexion assaut

Samedi matin, l’un des prédécesseurs de Mme Azoulay Rue de Valois, Jack Lang, a déploré sur France Inter l’annulation du concert à Verdun, estimant qu’il ne fallait pas« capituler devant l’idéologie frontiste ».

« La Mairie de Verdun aurait dû maintenir le concert, et d’ailleurs c’est illégal d’interdire une manifestation artistique comme celle-là, aucune raison ne le justifiait, il n’y avait aucune menace à l’ordre public, aucun risque de violence. (…) Je souhaiterais que nous soyons nombreux à dire que nous condamnons cette interdiction. »

Le rappeur et membre du groupe Sexion d’assaut Black M devait se produire le 29 mai, après la cérémonie de commémoration de la bataille de Verdun, à laquelle sont attendus le président François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel.

« Un déferlement de haine, d’injures et de menaces »

Cette programmation avait suscité l’indignation de nombreux élus, essentiellement d’extrême droite et de droite. Après plusieurs jours de polémique, le maire (PS) de Verdun, Samuel Hazard, a décidé vendredi d’annuler le concert, justifiant cette annulation par des « risques forts de troubles à l’ordre public ».

Dans la soirée, l’ancienne ministre de la justice, Christiane Taubira, a publié un post sur Facebook, contre ceux qu’elle appelle « les rois du bannissement », « ceux qui n’ont jamais ni fauté ni combattu ». Pour elle, « ils n’ont jamais prononcé une parole de travers puisque toutes leurs paroles sont de travers ».

Le secrétaire d’Etat aux anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, avait déjà exprimé dans un communiqué sa « colère de voir qu’un déferlement de haine, d’injures et de menaces force un élu à annuler le concert d’un artiste dans un pays où la liberté d’expression et de création sont des valeurs et des droits fondamentaux ».

« Dois-je rappeler que c’est justement pour ces valeurs de la République que nos soldats, venus de toutes les origines sociales, de tous les continents, de toutes les religions, et jeunes pour l’immense majorité d’entre eux, ont combattu et sont morts voilà cent ans à Verdun ? »

Petit-fils d’un tirailleur sénégalais

Quant au principal intéressé, il a publié une photo de son grand-père d’origine guinéenne, enrôlé chez les tirailleurs sénégalais, accompagnée d’un long post sur Instagram. « Eduqué par la France, terre d’accueil de mes parents, terre qui m’a vu grandir et permis de vivre de ma passion », il partage son « immense fierté » d’avoir été invité à participer au concert en marge de la commémoration de la bataille de Verdun. Après « une polémique incompréhensible et inquiétante » et l’annulation de sa venue, celui qui se décrit comme « enfant de la république et fier de l’être » souhaite faire barrière aux propos haineux des derniers jours. Peace, conclue-t-il.

Source: lemonde.fr

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *