Centrafrique, la France muette face à Poutine

Poutine avance désormais ses pions en Centrafrique. La France tourne… courageusement la tête. 
La naïveté des diplomates occidentaux est abyssale. Pour l’Afrique centrale et notamment en Centrafrique, la France s’en remet à l’ONU, à l’Union européenne et à l’Union africaine. Il est vrai qu’à Bangui, les problèmes se succèdent chez ses diplomates comme chez ses militaires.
Depuis le hold up électoral du tandem Bozize-Touadera de 2011, déclencheur de la crise nationale, quatre ambassadeurs français se sont succédé sans pouvoir trouver les remèdes à la crise. Un cinquième ambassadeur est attendu cet été. Cet impressionnant turn over est édifiant.
Le Drian au rapport
En revanche, depuis 2012, d’abord comme tout puissant ministre de la Défense sous le quinquennat de Francois Hollande et maintenant comme ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian connaît bien la crise centrafricaine. Il devra un jour s’expliquer les nombreuses erreurs d’appréciation de la France, comme l’arrivée tardive et le départ prématuré de l’Opération Sangaris, les soutiens aveugles à des régimes corrompus et la faiblesse devant Poutine.
Emmanuel Macron n’a-t-il pas vu en Poutine un « homme fort »? N’a-t-il pas ajouté « quand vous êtres faibles, il s’en sert »? Or telle est bien la situation en Centrafrique.
Poutine doit probablement frotter ses yeux devant cet abandon en rase campagne de la France et de l’ONU.
Où sont les actes?
Du 24 au 26 mai 2018, Emmanuel Macron doit se rendre en Russie afin notamment de participer au 22 ème Forum économique international de Saint-Petersbourg. Il y rencontrera le Tsar dans sa ville natale et croisera peut-être le président Touadera, invité personnel de Vladimir Poutine.
Le jeune président français reprendra ses thèmes favoris qui plaisent tant en France, mais moins en Europe, notamment en Allemagne: dialogue avec la Russie pour qu’elle modifie sa politique en Syrie et en Ukraine et qu’elle s’arrime à l’Europe, pression sur l’Union européenne pour qu’elle revoit ses sanctions économiques envers la Russie, souhait d’une meilleure prise en compte des libertés publiques et un digne traitement des opposants.
Le risque est que le discours d’Emmanuel Macron soit de plus en plus incantatoire. Comme en bon joueur d’échecs, Poutine écoutera par courtoisie, se félicitera de cette opportune visite qui atténue considérablement son isolement en Occident et qui lui permet d’avancer ses pions en Afrique centrale, notamment en République centrafricaine.
Poutine n’est pas un gentleman
Le fameux accord de Sotchi du 9 octobre 2017 entre le président Touadera et le ministre Lavroff est resté secret. Outre l’appui des Russes pour la protection du régime centrafricain et la livraison d’armes pour les militaires, de nombreux volets économiques touchent probablement aux domaines attractifs centrafricains: le pétrole, les minerais précieux, les Terres rares, les Télécoms et la situation géostratégique du pays offrent de potentielles contreparties intéressantes.
Les dizaines d’experts militaires russes ont été rejoints par des mercenaires, géologues, hommes d’affaires, liés à des oligarques proches de Poutine, et par des experts en désinformation et déstabilisation. Plusieurs médias centrafricains ont déjà commencé une campagne anti française primaire. Des drapeaux français ont été hissés au pk5 pour manipuler une population prête à croire la moindre fakenews. Les réseaux d’anciens étudiants boursiers russophones sont réactivés. La base militaire de Bérengo est sur le point d’être réhabilitée et pourrait bientôt accueillir les gros porteurs kazakhs et russes.
Un accord secret
D’impressionnants convois militaires russes,  comme celui près de Birao, le 7 mai 2018, venant du Darfour, ont pour destination la Vakaga et le Bamingui-Bangoran. Cette région est riche en pétrole et la Chine y était très présente. Poutine joue sa partie d’échecs en toute quiétude et sans opposition. Il est vrai qu’en face Trump a juste des mots dégradants pour qualifier le genre de pays qu’est devenu le Centrafrique.
Neville Chamberlain, le Premier ministre anglais en 1939, le constatait amèrement après la violation par Hitler des Accords de Munich,  » Monsieur Hitler n’est pas un gentleman ». Le président Macron, après la mystification de l’accord de l’Onu pour la livraison d’armes au régime du président Touadera, pourrait dire lui aussi:  » Monsieur Poutine vous n’êtes pas un gentleman ».

MondAfrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *