Au G7, des discussions franches sur le commerce international

Les travaux du G7 se poursuivent ce samedi 9 juin à La Malbaie, sur les bords du Saint-Laurent, au Canada. Mais ce sera sans Donald Trump. Le président américain a prévu de quitter le Canada dès 10 heures, heure locale, soit avant la fin du sommet.

Avec notre envoyée spéciale à La Malbaie, Mounia Daoudi

Le départ prématuré du président américain pourrait être le signal de l’échec à obtenir une déclaration finale commune à La Malbaie, mais il est encore trop tôt pour l’affirmer. Une chose est sûre : Donald Trump est arrivé au sommet très remonté contre ses partenaires du G7 qu’il accuse d’être responsables du déficit commercial abyssal de son pays.

Au cours de la séance de travail consacrée au commerce international, il a eu des mots très durs et amers. Il s’est livré à une longue diatribe où il a repris un à un tous les griefs qu’il avait contre les autres membres du G7. Un exercice très inhabituel dans ce genre d’enceinte très polissée, et qui s’est avéré salutaire puisque ses partenaires ont pu à leur tour exposer leurs reproches de façon ferme et tout aussi franche. Soit un langage de vérité qui a permis de lever certains malentendus et surtout de faire avancer les choses.

Le principe d’un format de dialogue a été agréé. Il a même été convenu qu’il serait établi dans les deux prochaines semaines, au niveau technique ou politique. L’objectif étant de faire un état des lieux de la relation commerciale entre les Américains et leurs partenaires, surtout européens, avant d’aller plus loin.

Des avancées, certes, mais qui ne présagent pas la possibilité d’un communiqué final commun.

RFI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *