Armes chimiques en Syrie: la France pose une «ligne rouge» à Idleb

La France interviendra militairement à Idleb, en Syrie, si des armes chimiques viennent à y être utilisées. C’est ce qu’a déclaré ce jeudi 6 septembre 2018 le chef d’état-major des armées, François Lecointre. Dernier bastion des insurgés dans le pays, la région d’Idleb est dans le collimateur du régime de Damas.

Beaucoup d’inquiétudes autour d’Idleb, cette province du nord de la Syrie tenue par des rebelles et des jihadistes, habitée par 3 millions de civils dont une grande partie de déplacés.

Le régime syrien et ses alliés russes menacent de lancer un assaut d’envergure contre la région. Plusieurs pays, dont la France, ont mis en garde contre un tel assaut qui pourrait s’avérer désastreux pour la population civile.

Ce jeudi, le général Lecointre, chef d’état-major des armées française, affirme que les Français sont prêts à intervenir en Syrie en cas d’attaque chimique. Ils l’ont déjà fait dans le passé.

Rencontre ce vendredi entre la Russie, l’Iran et la Turquie

Le général Lecointre prédit par ailleurs la disparition du « califat physique » de l’organisation Etat islamique « avant la fin de l’année, sans doute à la fin de l’automne ».

Les jihadistes ont perdu beaucoup de territoire, mais selon un récent rapport de l’ONU, ils seraient encore 20 à 30 000 établis entre la Syrie et l’Irak, toujours en capacité de mener des attaques.

Ce vendredi, les présidents russe, iranien et turc doivent se rencontrer à Téhéran, pour évoquer la situation en Syrie et en particulier le sort d’Idleb.

RFI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *