Majorité tranquille cherche opposition percutante

Comme en 2002, aucun parti n’a à lui seul la majorité absolue requise pour prendre le contrôle de l’Exécutif. Mais le Rpm avec près de soixante dix députés est de loin la principale force du parlement. Et le président Kéita n’a pas de souci à se faire pour l’instant. Il a pour lui une majorité présidentielle plus que confortable comme Att en 2002. Mais contrairement à Att en 2002, il y aura une opposition durant cette législature.

adam-thiam-republicain

 

Soumaila Cissé en prend le leadership, lui qui fait son baptême du feu comme député.
L’homme est volontiers ironique et allusif. Sa petite phrase après l’élection d’Issiaka Sidibé à la tête du parlement en est une preuve éloquente « ce qui était attendu est arrivé ». Reste à voir s’il peut prospérer avec des déclarations sibyllines et tout est de savoir  si l’élu de Niafunke aura l’énergie et le coffre pour animer l’espace qui doit être celui d’une opposition dans un pays encore convalescent mais qui doit, pour sa survie, réaliser que la démocratie ce n’est pas le pouvoir mais les contre-pouvoirs.
Dans ce rôle, il sera avec l’Urd, le Pvrm et le Parena, donc une vingtaine de députés qui ont fait acte de discipline lors du vote pour le perchoir en votant conformément aux consignes données ( vingt députés et vingt votes blancs). Pourvu que ça dure car la transhumance au parlement s’est révélée ces dernières années plus facile pour les députés que pour les vachers du Delta. Pour ce qui est du vécu, il faut constater que ce parlement a divisé la famille Fdr dont des composantes se sont retrouvées dans la majorité présidentielle et pire, il peut avoir crée au sein de partis du Fdr comme le Fare des problèmes de discipline et de loyauté qui ne seront pas sans conséquence sur la vie des formations concernées. Y compris l’Adema. Ce n’est pas la seule cruauté de la législature. Elle prouve que les partis du début comme le Cnid et l’Adema ont achevé leur mission historique. Après avoir laissé sur le quai des opérateurs historiques du parlement dont Agsarid Ambarcawane, Mountaga Tall, Waly Diawara,  et des grosses pointures comme Hamidou Diabaté, Kassoum Tapo, Koniba Sidibé,
Adam Thiam

SOURCE: Le Républicain
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *