En un mot : tout va très bien, Monsieur Le Drian

Allô, allô Bamako !

Quelles nouvelles ?

Absente depuis quinze jours,

Au bout du fil

Je vous appelle ;

Que trouverai-je à mon prochain voyage ?

Tout va très bien, Monsieur Ledrian,

Tout va très bien, tout va très bien.

Pourtant, il faut, il faut que l’on vous dise,

On déplore un tout petit rien :

Un incident, une bêtise,

La mort de 500 civils en 2018, 300 depuis janvier

Mais, à part ça, Monsieur Le Drian

Tout va très bien, tout va très bien.

Allô, allô Bamako !

Quelles nouvelles ?

Tout un village décimé !

Expliquez-moi

Comment cela s’est-il produit ?

Cela n’est rien, Monsieur Le Drian,

Cela n’est rien, tout va très bien.

Pourtant il faut, il faut que l’on vous dise,

On déplore un tout petit rien :

160 civils ont péri

Dans des escarmouches

Qui détruisent le centre.

Mais, à part ça, Monsieur Le Drian

Tout va très bien, tout va très bien.

Allô, allô Bamako !

Quelles nouvelles ?

Nos efforts sont donc vains ?

Expliquez-moi

Valet modèle,

Comment cela s’est-il passé ?

Cela n’est rien, Monsieur Le Drian

Cela n’est rien, tout va très bien.

Pourtant il faut, il faut que l’on vous dise,

On déplore un tout petit rien :

Si l’insécurité se propage, Monsieur Le Drian

C’est que Bamako se cherche dans des crises multiformes.

Mais, à part ça, Monsieur Le Drian

Tout va très bien, tout va très bien.

Allô, allô Bamako !

Quelles nouvelles ?

Votre pays est donc en déperdition !

Expliquez-moi

Car je suis pris à défaut

Comment cela s’est-il produit ?

Eh bien ! Voilà, Monsieur Le Drian,

Depuis 3 ans, plus de 250 000 enfants ne vont plus à l’école au centre

Depuis un an, les enfants des pauvres ont cessé d’aller à l’école dans tout le pays

Depuis un an, toutes les administrations sont paralysées par des grèves incessantes

Depuis un an, le gouvernement est rejeté par tous, à commencer par le parti présidentiel.

Depuis plusieurs mois, toutes les institutions sont désavouées : Assemblée nationale, Cour constitutionnelle, Cour suprême.

Mais, à part ça, Monsieur Le Drian, tout va très bien ».

Vu le discours de nos dirigeants (Maliens et Français) devant l’Onu vendredi dernier, on ne pouvait que se rappeler des paroles de cette belle chanson de 1935, de Paul Misraki « Tout va très bien, Madame la marquise » devenue une expression proverbiale pour désigner une attitude d’aveuglement face à une situation désespérée.

DAK

L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *