En un mot : Reculade

Pour les uns, c’est un fléchissement. Pour les autres, c’est une reculade des autorités maliennes qui viennent d’annoncer l’ouverture prochaine des négociations avec les groupes rebelles même si ceux-ci restent armés. On peut dire que la pression de la France a balayé la résistance d’IBK qui jurait la main sur le cœur qu’il ne négociera pas avec les bandits armés.

Dramane Aliou Koné journaliste indicateur renouveau cour constitutionnelle bamako

 

Cette posture qui flattait l’orgueil et la fierté malienne, ne pouvait pas résister aux manœuvres des Occidentaux décidés à accorder des privilèges territoriaux à leurs protégés du MNLA même s’il faudrait passer par une décentralisation dite poussée ou un large fédéralisme.

Il faut se rendre à l’évidence : nos présidents qu’il s’agisse de Konaré, de Touré ou de Kéita, ne feront que ce la France voudra. Et ce n’est pas une « personnalité dont le sens de l’Etat et de la patrie, la probité et le courage politique sont de notoriété avérée » qui peut changer cette implacable réalité.

DAK

SOURCE: L’Indicateur du Renouveau
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *