En un mot : encore un laisser-aller mortel

On est loin d’être au bout de nos peines : d’autres morts pourraient vite arriver à cause du laisser-aller qui caractérise nos autorités comme dans l’effondrement d’un immeuble à étages qui a fait 15 morts dimanche au Banconi en Commune I.

 

Ce drame est la conséquence directe de la négligence, du laisser-aller et surtout de la corruption des autorités politiques et techniques de la Commune I. Des agents de la mairie, nous ont bien dit que le propriétaire, qui ne disposait pas d’autorisation de construire, a été sommé plusieurs fois d’arrêter les travaux.

Bien sûr qu’il n’a pas obtempéré parce que, probablement, il tablait sur les bakchich et l’irresponsabilité des services chargés des normes en matière de construction. Donc, arrêtons avec l’hypocrisie de pleurer les morts sans réagir, car tout le monde a vu venir le drame, mais personne n’a rien fait ! D’ailleurs, les drames sont courants dans ce quartier comme beaucoup d’autres, mais jamais il n’y a eu de sanctions.

Pauvres de nous !

DAK

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *