En un mot : Complications

Le président de la République a quitté Tunis le samedi 8 février en fin de matinée pour une visite privée de 48 h à Paris. La deuxième du genre en moins de 2 mois, car au lendemain de l’inauguration du barrage hydroélectrique de Félou, le 17 décembre dernier, le président IBK s’était précipitamment envolé pour Paris pour une visite d’ordre privé.

Dramane Aliou Koné journaliste indicateur renouveau cour constitutionnelle bamako

Encore une fois, cette visite officieuse donne lieu à des supputations et autres conjectures. En tout cas, IBK n’est semble-t-il pas au mieux de sa forme à cause des complications dans les préalables aux négociations de sortie de crise avec les bandits armées.

Au-delà des tiraillements entre Ouagadougou, Alger, Rabat et New York, voire Paris, le président malien devra composer malheureusement avec le début d’une guerre intercommunautaire meurtrière au nord qui ne fait qu’apporter l’eau au moulin des rebelles du MNLA, très heureux de ressortir le prétexte de l’extermination de la minorité touareg.
Comme pour dire que le bout du tunnel semble encore très loin pour IBK et tous les Maliens.

DAK

SOURCE: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *