Editorial : Le capital à reconstruire, la fierté à retrouver

Le retour entamé de l’aide budgétaire consentie par nos partenaires n’est ni la victoire de la majorité parlementaire ni la défaite de l’opposition. Plus que les soupirs d’autosatisfaction, la concession de nos partenaires relève de la magnanimité vis-à-vis d’un Etat qui aurait cessé d’exister le 13 avril 2012 si la Cedeao n’était pas venue à nos chevets, et le 11 janvier 2013 si la France n’avait pas envoyé ses soldats mourir à notre place.

adam-thiam-republicain

Sans l’héroïsme des Tchadiens en particulier, et en général des troupes aujourd’hui onusiennes, nous aurions eu l’humiliation d’un Etat Azawad avec pignon sur rue au nord  du quatorzième parallèle, si les groupes armés ne voulaient pas pousser leur avantage plus au Sud. Alors, c’est à plus d’examen de conscience et à plus d’humilité que nous sommes invités.  Car quoiqu’on dise, notre capital-confiance est entamé et il faut le reconstruire. Quoiqu’on dise, la fierté nationale a été malmenée. Quoiqu’on dise, c’est une année noire que le pays a vécue. Quoiqu’on dise, c’est d’abord le Président qui est atteint dans son honneur lui qui avait su jusque-là s’éloigner du procès de l’argent. Il n’y a pas d’alternative à l’examen de conscience et à l’humilité si nous voulons être le pays émergent que nous souhaitons et qui n’est pas du tout une lubie. Mais l’examen de conscience implique un devoir de vérité vis-à-vis de soi-même et des autres. Il ne sert à rien de s’en prendre à l’opposition. Elle n’a pas signé les contrats en question. Et si le problème n’est pas l’existence de tels contrats mais le fait que cela soit su alors le pays est en grand danger. Au demeurant, ce sont les contradictions internes et la frilosité du gouvernement laissant diffuser un rapport provisoire d’audit qui ont amplifié le scandale devant des citoyens abasourdis. L’année noire s’achève dans quelques semaines. Notre survie  commande que nous l’accompagnions d’une pierre noire mais dans un seul élan : le Mali. Pas celui des incantations et de la poudre aux yeux mais celui absolument possible des leçons tirées, de la convivialité retrouvée et du bond en avant constaté et mesuré. Seul le pouvoir peut impulser une telle dynamique. Le reste n’a pas d’importance.

Adam Thiam 

SOURCE: Le Républicain  du   5 déc 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.