Editorial: Accueillons 2015 dans la confiance !

L’année 2014 appartient désormais au passé. Elle a été certainement le décollage de l’activité économique, synonyme de relance de la croissance pour nos différentes entreprises malgré la crise politico-sécuritaire et sanitaire que connait encore le pays. 2015 s’annonce, avec son lot d’inconnus, de surprises, d’incertitudes, de joie, de bonheur… A cette occasion, la direction du journal bihebdomadaire Le Pouce, paraissant lundi et vendredi, souhaite à ses abonnés, annonceurs, lectrices, lecteurs, partenaires, consœurs et confrères, une bonne et heureuse année 2015. Mais, avant d’accueillir cette nouvelle année, jetons un regard rétrospectif sur l’année qui vient de s’achever. Une année 2014, qui n’a pas comblé toutes nos attentes. Nous sommes passés de l’espoir au doute car les populations tardent à voir la lueur tant attendue du changement. Elle aura été aussi très riche en évènements. Globalement, elle fut une année dure, très dure pour les Maliens. La gestion de l’après crise, est difficile. Les défis sont immenses. Les attentes aussi.

editorial logo

Le président Ibrahim Boubacar Kéita qui vient de boucler sa première année au pouvoir, s’active à remettre le Mali, meurtri par plusieurs années de crise politico- sécuritaire, sur les rails du développement. Un challenge, nul doute, difficile à relever, au regard des nombreux problèmes et multiples attentes; mais pas impossible. Cependant, pour voir s’opérer de vrais changements, les Maliens devront se réconcilier avec eux-mêmes ; travailler la main dans la main pour relever les défis.

Nous devons surtout tirer les leçons  du passé et éviter certaines erreurs à l’avenir. Ressoudons les liens de la solidarité qui faisaient du Mali, un pays envié par tous. Notre diversité culturelle est notre richesse. La laïcité est un atout à préserver. Ce qui s’est passé ces dernières années, doit nous interpeller et nous amener à poser les vraies questions. Avons-nous besoin de vivre en paix ou dans la guerre, la peur, la hantise ? Avons-nous besoin de tolérance ou d’intolérance ?…

Oublions le passé douloureux et scrutons l’avenir avec espoir.

Ceci nous amène à demander à nos autorités d’être plus pragmatiques, d’être plus proches des populations afin d’écouter et de comprendre leurs souffrances pour mieux trouver les solutions car tout n’a pas été rose durant 2014. L’élection d’un nouveau président de la République, en la personne de « Monsieur IBK » n’a pas suffi à résoudre tous les problèmes des Maliens. IBK n’est certes pas le messie. Mais son élection a suscité beaucoup d’espoir chez les Maliens qui voient (ou voyaient) en lui, l’homme de la situation. Certes, on ne peut résoudre les problèmes d’une nation par un simple coup de baguette magique. Mais les nouvelles autorités doivent recoller à la réalité des Maliens et leur apporter le soutien qu’il faut. La confiance placée en IBK et son gouvernement, n’a pas encore failli. Mais les Maliens sont impatients de voir le changement promis.

Toutefois, l’espoir est permis. Tout n’a pas été noir durant 2014.

Des évènements heureux, il y en a eu également, qui permettent de croire en l’avenir. Grâce  à l’engagement  personnel du Président  de la République, les soutiens  au Mali se multiplient. Avec  le rétablissement de la confiance entre  les partenaires au développement et le  gouvernement,  l’activité  économique reprend progressivement son envol. Les tendances actuelles, si elles  se pérennisent et se consolident,  aboutiront, sans doute, à l’équilibre  souhaité  en faveur du  bien- être des  Maliens. Le principal défi, reste l’insécurité.

Bonne et heureuse année 2015 !!!

Tiémoko Traoré

Source: Le Pouce

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.