Edito : Tentative de déstabilisation Chut ! Opportunistes, le Peuple a tout compris

Depuis des mois déjà, un bras de fer inédit oppose la plateforme « NON »An tè Abana au régime IBK sur le projet de révision constitutionnelle dont le Peuple est le seul arbitre.

garde corps ibrahim boubacar keita ibk campagne

L’opposition n’ayant plus de mot à dire pour légitimer son combat, dans une gymnastique politique sournoise a sollicité les services de « Monsieur je connais tout ». Dans un pays qui se dit sérieux, qui l’aurait cru ? S’opposent t-ils au referendum  pour la cause du Mali ? Aujourd’hui, beaucoup de Maliens ont compris que ces opportunistes ne visent que leur intérêt. Ouvrir une vie d’enfer à IBK en utilisant le nom du Peuple, c’est la stratégie adoptée pour déstabiliser le régime et mettre un frein au processus de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale. La hargne contre le pouvoir l’atteste à juste titre. Si non, dans un débat démocratique, tous les moyens constitutionnels sont à la disposition de tous pour se faire entendre et défendre sa vision.Un amendement a la proposition d’IBK aurait fait un peu de sens, si personne ne veut reculer. au lieu de lancer un ultimatum. En un mot, l’opposition a l’intention emboîter le pas a Amadou Aya Sanogo dont l’école a fait de nous des abrutis qui s’adonnent a un perpétuel recommencement. Quand l’ambition prend le dessus sur la conviction, les principes démocratiques s’envolent par les fenêtres. C’est le jeu d’intérêt. C’est pourquoi, on veut barrer la route au peuple d’user son droit de vote. Sinon dire que l’article 118 est violée ne tient pas du fait que les articles 1, 2 et 3 parmi tant d’autres sont violées a longueur de journée sans qu’aucun gardien de la constitution ne monte sur de grands chevaux.. Entre le retrait du projet de révision et la tenue du référendum, que gagne le Mali alors  qu’avec un peu de bonne volonté nous pouvons parvenir à un consensus sur le référendum en faisant une synthèse d’éléments positifs?. Notre pays est sous tutelle de la communauté internationale. Au lieu de chercher à se faire de la popularité en ternissant l’image de l’autre, sachons que si le Mali va mal, même si le peuple sentira le pire. chacun subira les conséquences. N’oublions pas.qu’il est sur et certain, personne ne viendra reconstruire ce pays à notre place. Réfléchissons avant d’agir.

Traoré Henriette Samaké

Par Aube d’Afrique

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *