Campagne voilée !

La terreur réside bien dans les rangs du pouvoir. Cette tendance politique qui a fortement contribué à enfoncer un pays qui ne se portait pas bien. Les attentes étaient énormes, les promesses ont été colossales et le bilan est presqu’inexistant.

 

Ce qui conviendrait mieux aux yeux des maliens, c’est l’humilité du chef de l’Etat de demander à rectifier bien de choses. Mais non, c’est une équipe de politicards qui défendent des points imaginaires, loin d’avoir été encore mis en œuvre. C’est quoi cette communication qui ne met pas l’accent sur la sincérité et la réalité. La propagande énerve les citoyens et tue toute confiance en eux.

 

Les départs de bien de dignitaires de cette foutue majorité, qui prétend soutenir les actions du chef de l’État, sont la parfaite illustration d’un malaise au sein d’un groupe où les alliés sont peu sincères. Le  chef de l’État a la chance d’avoir des collaborateurs loyaux et modestes dans la gestion du pays qui ne fait que s’empirer. Eux parlent moins et restent plus réalistes face à la tournure qui n’est pas rassurante.

« Le pouvoir nous appartient, mais le pays ne nous appartient pas » nous confie un très proche d’IBK qui montre à quel point la gestion du pays leur pèse. Le bateau commence  à se vider de ses passagers qui avaient embarqué depuis les premières heures d’une gouvernance apocalyptique. Les derniers trouvent la manière la plus diplomatique pour aussi abandonner un chef qui a tant misé sur eux.

Eh oui, c’est la politique sans honneur, avec des ambitions que valide la trahison, c’est cela la marque de cette période de précampagne. IBK qui est déjà englouti par l’impuissance dans les actes, l’éloignement de ses alliés politiques et les visées occidentales, est contraint d’adopter un nouveau style fait de menaces et d’audace.

A l’opposition, le combat ne sera pas non unitaire, avec des candidats morpions et prétentieux, sans aucune assise présidentielle, ils prennent leur désir pour des réalités. Cela aussi est démocratique. Mais comme le ridicule ne tue pas, ceux qui ont bénéficié de la confiance présidentielle, qui ont excellemment échoué à l’œuvre, sont les plus critiques contre le locataire de Koulouba.

Figaro Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *