Zones cotonnières africaines: Les dynamiques à la réflexion des chercheurs africains à Bamako

Bamako abrite du 21 au 23 novembre 2017 à l’hôtel Mandé la rencontre de haut niveau sur les  Dynamiques et durabilités des zones cotonnières africaines. 150 participants  venus de par le monde, partagent leurs expériences sur la filière.

aida keita mbo ministre environnement assainissement journee mondiale desertification Secheresse

Depuis trois jours, Bamako abrite une rencontre de haut niveau  réunissant chercheurs, producteurs, services techniques,  partenaires techniques et financiers, organisations paysannes en somme ceux  sont 150 participants venus de par le monde pour cette conférence  de haut niveau en vue de l’amélioration de la filière cotonnière.

« Dynamiques et durabilités des zones cotonnières africaines » tel est l’intitulé du colloque international qui se tient à Bamako dont l’ouverture était coprésidée par  Mme Kéïta Aïda M’Bo,  ministre de l’assainissement et du développement durable  et   son homologue de l’ enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Organisée par les partenaires du PASE II (Ministère de l’agriculture et l’Agence France de développement), la rencontre  vise à contribuer à l’amélioration de la productivité et de la durabilité de la filière cotonnière  au Mali et plus largement sur le continent et au-delà. Et pour ce faire, les participants ont à réfléchir et débattre sur les thématiques : La durabilité des conditions de production de la culture cotonnière dans le contexte de changement globaux ; la dynamique et la durabilité des exploitations agricoles et leur territoire ; le conseil à l’exploitation familiale ; l’environnement organisationnel et compétitivité des filières cotonnières.

Selon le représentant des organisateurs, Soloba Mady Kéïta, 2ème vice-président de l’APCAM, cette rencontre  est l’occasion pour le Mali  de  réaffirmer sa place  de leader dans le secteur du coton en Afrique et de présenter  et partager les acquis du PASE II (projet d’ appui à l’amélioration des systèmes d’exploitation en zones cotonnières du Mali 2013-2018).

La filière cotonnière au Mali occupe une place prépondérante dans l’économie malienne, 15% du PIB et 30 à 45% des recettes d’exportation. « Au Mali, le coton est cultivé par plus de 200 000 exploitations agricoles. La  filière fait vivre directement 4millions de personnes et près de 5millions de personnes indirectement. Après le record de 647000 tonnes en 2016, la production attendue cette année est supérieure à 700000 tonnes soit une masse monétaire de 175 000 milliards de CFA »  met ainsi l’accent madame le ministre Kéïta pour signifier tout l’importance de la filière pour le Mali.

Pour le  ministre de la recherche scientifique, Samaké Aïssetou  Founé Migan,la recherche agricole joue un grand rôle  à la vitalité du Coton Mali. Selon elle, les résultats obtenus par le volet recherche et développement du PASE II peuvent apporter 20 milliards de revenus supplémentaires à la filière coton.

Nonobstant ces acquis, le  Pr Samaké a souligné certains besoins de son domaine à savoir préparer la relève et trouver des financements pour les activités de recherche afin qu’elle puisse pleinement jouer son rôle.

Une requête qui a ses chances d’être entendue quant on sait que l’ambassadeur de la France au Mali et les représentants de l’ AFD –Paris et celui de Bamako en plus d’autres partenaires étaient présents à cette cérémonie d’ouverture. Une occasion pour Evelyne Decorps, l’Ambassadeur de France au Mali de réaffirment le soutien de son pays au Mali.

Khadydiatou SANOGO

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *