Visite du Premier ministre Boubou Cissé en 5ème région : Après l’urgence humanitaire, la sécurité et la relance économique de la région

Veni vidi vici. Il est venu, il a vu et on peut présager d’une bonne issue, après cette visite de cinq jours (du 3 au 8 juillet) du Premier ministre dans l’arène du centre en région de Mopti. Dr Boubou Cissé est venu, a vu et entendu les témoignages, avant de prêcher pour les bons actes au profit d’un Mali havre de paix, qui amorce à l’unisson son développement. Se faisant le Premier ministre a touché la corde sensible des populations qui semblaient n’attendre que l’opportunité de vivre leur appartenance à l’Etat malien. Le séjour du Premier Ministre de cinq jours, dans la région de Mopti, a porté ses fruits pour la paix et la cohésion sociale au Mali.

Paix et sécurité

Au plan sécuritaire, pour rassurer les populations et donner des résultats tangibles, Dr Boubou Cissé a mis en place avec le commandement militaire, un système en vue d’occuper et sécuriser le territoire. La volonté du Premier ministre de s’enquérir personnellement des conditions de vie et de travail des troupes sur les théâtres des opérations, son soutien et celui de l’Etat, ont été bien appréciés par les hommes de rangs. À Koro comme à Bandiagara, le Chef du gouvernement a partagé le repas de corps avec les troupes dans une atmosphère de convivialité et de communion. Au Camp militaire Hamadoun Bocary Barry dit Balobo de Sévaré  il s’est entretenu avec le commandement militaire de la région en présence du Chef d’état-major général des armées le Général Abdoulaye Coulibaly. Aussi, pas moins de 3500 éléments supplémentaires seront déployés dans la zone. Déjà, bien avant son retour de Mopti, la moitié de ce contingent avait déjà occupé le terrain.

En outre, la communauté internationale a été imprégnée de la détermination de l’Etat malien à comprendre et à résoudre le problème en impliquant toutes les bonnes volontés. Ce déplacement a montré à la communauté internationale, la détermination du Mali et du gouvernement à faire en sorte que pour tout le monde, « aucune communauté nationale, aucune once du territoire » ne sera oubliée ni négligée.

Les effets positifs de l’implication des leaders des communautés, des discussions intra et intercommunautaires et d’un débat avec l’administration ont été vite perçus, et il importe aujourd’hui d’œuvrer de concert, dans l’entreprise de construction nationale, pour un Mali uni et fort.

  1. Daou

SourceLerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *