Transport ferroviaire Bamako-Dakar : Le nouveau ministre de tutelle s’enquiert des réalités du terrain.

« Les rails font partie de la culture et de l’histoire du Mali ; nous ne devons pas les laisser mourir », ce sont là les mots d’exhortation que le tout nouveau Ministre des Transports et du Désenclavement a adressé aux cheminots de la ligne ferroviaire Bamako-Dakar. C’était à l’entrepôt de Korofina où le ministre s’est rendu le lundi 08 janvier 2018 au terme de sa toute première visite de terrain.

M. Moulaye Ahmed Boubacar, puisque c’est de lui qu’il s’agit, à peine installé dans ses nouvelles fonctions, a enfourché son cheval de bataille par le truchement de ce déplacement qui l’a mené de la direction de Transrail sise au quartier Bagadadji en Commune II du district de Bamako à l’entrepôt de Korofina. Objectif : s’imprégner des réalités du transport ferroviaire du Mali après la reprise du trafic voyageur effectué le 23 décembre dernier.

C’est à bord du train voyageur Bamako-Dakar que le Ministre Moulaye Ahmed, ayant pris place comme un passager dans l’un des wagons, en compagnie des membres de son cabinet, s’est ébranlé du quai en direction du lieu de fabrication et d’attelage de tous les matériels qui concourent au transport ferroviaire de notre pays. Au démarrage de ce train qui a déjà sifflé de nouveau de Bamako à Kayes, le ministre a estimé qu’il souhaite qu’il siffle éternellement entre ces deux localités et ailleurs au Mali. « Je suis un cheminot en mission, nous avons recensé un certain nombre de problèmes qui ne dépassent pas nos possibilités parce que la volonté politique y est » a déclaré le successeur de Me Baber GANO.

Cette volonté politique, le nouveau ministre des Transports et du Désenclavement la justifie par le souci du président de la République, du Premier Ministre et de tout le Gouvernement de la relance définitive du chemin de fer au Mali. « Il n’est pas facile d’aborder tous les problèmes à même temps et de les régler au même moment mais ce qui est sûr, tout ce qui est possible sera fait et en termes de financement, en termes d’achats de voitures, d’amélioration des voitures que nous avons, en termes de réparation et même d’achats de locomotives que nous avons, en termes de réparation de rails … des partenaires sont prêts à travailler parce que tout le monde y croit. » s’est montré rassurant le ministre Moulaye Ahmed.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *