Système de protection des obtentions végétales : l’OAPI sensibilise les acteurs sur le sujet

Les autorités maliennes en charge de la promotion et de la propriété industrielle entendent protéger, renforcer et promouvoir davantage les obtentions végétales dans notre pays. Un séminaire national de trois jours sur la question s’est ouvert, hier, dans notre pays. L’ouverture de la rencontre, présidée par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mohamed Ag Erlaf, a enregistré la présence de son collègue de l’Agriculture, Moulaye Ahmed Boubacar.


Ce forum scientifique intervient à un moment où notre pays enregistre des prouesses non négligeables en matière de recherche scientifique pour développer son agriculture. à titre d’illustration, l’Institut d’économie rurale (IER) a déposé, en 2010, pas moins de 49 demandes de certificats d’obtention végétale. Ces certificats ont été délivrés par l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) en 2013. C’est la confirmation que notre pays est reconnu pour le dynamisme de sa recherche, notamment dans le domaine agricole. Une reconnaissance internationale qui mérite d’être consolidée. D’où l’organisation de cette session par le ministère de l’Industrie et du Commerce, en collaboration avec l’OAPI, avec l’appui de la Commission de l’Union européenne et du Groupe des états d’Afrique, des Caraïbes et Pacifique (ACP).
Ainsi, trois jours durant, chercheurs, universitaires, décideurs, associations agricoles et producteurs échangeront sur les sujets et défis liés au système de protection des obtentions végétales.

Intervenant à ce propos, le ministre de l’Industrie et du Commerce a jugé nécessaire de renforcer les acquis du Mali dans le domaine de la recherche agricole, en vulgarisant davantage le système de propriété intellectuelle. Afin d’assurer une utilisation stratégique des Certificats d’obtention végétale (COV) déjà obtenus et accroître en même temps la recherche, le développement et l’exploitation de nouvelles variétés végétales, a ajouté Mohamed Ag Erlaf.
Cela permettra, a-t-il soutenu, d’encourager la dynamique enclenchée. « Ces dernières années, nous avons constaté un éveil grandissant de la part des chercheurs et paysans sur l’importance et le rôle des variétés végétales comme intrants essentiels pour l’amélioration de la productivité et l’accroissement de la production agricole », a relevé le ministre de l’Industrie et du Commerce, rappelant que notre pays consacre 15% du budget national au secteur du développement rural.
Mohamed Ag Erlaf a ajouté qu’il urge de rapprocher davantage la recherche scientifique et le monde de la production. Dans ce domaine, des efforts restent à faire en matière d’information et de sensibilisation sur la propriété intellectuelle. Pour pallier cette insuffisance, la rencontre créera un lien durable entre les centres de recherche, les semenciers du secteur public et privé, les agriculteurs et les organisations paysannes.
Le représentant de l’OAPI a, pour sa part, évoqué le Projet de renforcement et de promotion du système de protection des obtentions végétales (PPOV) de l’OAPI. Selon Dosso Memasi, ce projet, qui couvrira la période 2018-2022, vise à promouvoir l’utilisation stratégique de la propriété intellectuelle pour le développement des pays membres de l’organisation, en particulier du Mali. Il a ajouté que le PPOV contribuera également à renforcer les capacités des ressources humaines en matière de propriété intellectuelle.

Amadou B. MAÏGA

Source: L’Essor-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *