SITUATION DES PRIX ET DES STOCKS DES PRODUITS DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ : BOUKARY DOUMBIA, D.G DE LA DGCC FAIT LE POINT DES MESURES PRISES PAR L’ÉTAT

Face à la montée des prix de certains produits de première nécessité, tels que l’huile, le ciment ainsi que la farine , le directeur général de la Direction Générale du Commerce et de la Concurrence , Boukary Doumbia s’est exprimé concernant  situation des prix et des stocks,  ainsi que du prix de certains produits de première nécessité .  Il nous a fait le point d’abord de la cause de la flambée des prix, ainsi que les mesures prises par son service pour faire face à cette flambée des prix des denrées de première nécessité.

Aux dires du Directeur Général de la DGCC, « nous-mêmes nous avons constaté puisque notre service est chargé de veiller au contrôle du prix des produits. Contrairement à ce que beaucoup  pensent,  sous la première et deuxième république où le gouvernement malien prenait des décrets pour fixer le prix de chaque marchandise ».

Selon lui « depuis les années 1990, le  modèles du commerce a changé dans lequel le gouvernement du Mali a libéralisé le secteur du commerce au profil des privés,  que cela soit au niveau des usines, ou du  commerce à l’extérieur, entre autres ».   Désormais c’est au client de chercher le meilleur prix pour un tel article où un autre. Avec la libéralisation du prix des articles, l’excès est aussi condamné par l’Etat. Cet excès vient à la suite des compromis entre les commerçants chargés de la vente d’un même article  . C’est pourquoi la DGCC veille à ce qu’il n’y ait pas ce genre de cas entre les commerçants au détriment des consommateurs. Et tout commerçant qui s’adonne à ce genre de pratique est passible de sanction par la DGCC.

Pour lui, « on peut fixer le prix des marchandises, si le gouvernement du Mali fait un regard sur le contexte du moment et s’il constate que l’année a été très dure dû à certaines crises tel qu’une longue période d’embargo » .le Gouvernement fait un geste à l’endroit des commerçants en laissant tomber certains droits sur certains produits et     peut leur demander en retour  une diminution du prix des produits.

Pour l’huile le gouvernement du Mali a pris des mesures pour exonérer la graine du coton  .

Par ailleurs il expliquera que la plupart de nos graines viennent de nos pays voisins et entre ces différents pays , le droit  de douane n’existe pas sauf  la TVA.

Avec cette période , le Gouvernement du Mali a laissé tomber cette TVA. A propos de l’exonération sur la graine de coton, il répondra que « le Mali dispose de plus de 100 unités de transformation de cette graine et (…)

Alpha C. SOW   

   NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *