Salon de Detroit: le marché automobile nord-américain renoue avec la croissance

nouveaux modèles voiture véhicule salon automobile Detroit Michigan Etats Unis

Premier grand salon automobile de l’année, le salon de Detroit aux Etats-Unis s’est ouvert en tout début de semaine. L’édition 2014 devrait être un bon cru : c’est le salon du retour à la croissance pour le marché nord-américain après des années bien sombres.

C’est cette année un salon emprunt de symboles. La renaissance est célébrée à Détroit, la Motor city, alors que la ville berceau des trois grands s’est elle déclarée en faillite. Les Big 3 sont les trois grands constructeurs automobiles américains. Ford, General Motors, et Chrysler ont retrouvé ces derniers mois le chemin de la croissance après cinq années de morosité.

« Lorsque la crise a éclaté et que GM et Chrysler ont fait faillite, affirme Yan Cimon, spécialiste du marché automobile nord-américain et professeur à l’université de Laval au Canada, le gouvernement américain et le gouvernement canadien ont conjointement mis jusqu’à 50 milliards de dollars afin de permettre à ces deux acteurs de se restructurer. D’abord à Chrysler de survivre et à Fiat de l’acquérir, et à General Motors d’investir dans son avenir. Taux d’intérêt aidant, conditions financières aidant, le marché nord-américain a repris du poil de la bête. En 2013 on a vendu 15,6 millions de voitures, en sachant que la meilleure année aux Etats-Unis c’était 2007, on avait vendu un peu plus de 16 millions de véhicules et on prévoit justement que cette barre des 16 millions sera atteinte en 2014 ».

Une résurrection en somme pour Flavien Neuvy, le directeur de l’observatoire Cetelem de l’automobile : « Bien peu de monde a anticipé un tel rebond de l’industrie automobile américaine que l’on donnait pour quasiment morte il y a 5 ans il faut s’en souvenir ! ».

General Motors a d’ailleurs annoncé ce 14 janvier qu’il allait commencer à verser un dividende aux actionnaires, et ce pour la première fois depuis que les comptes du constructeur sont revenus dans le vert. GM dont les ventes ont progressé de 4% en 2013 avec plus 9,7 millions de voitures vendues dans le monde, soit les 2/3 de la production américaine.

Restructuration dans la douleur du marché automobile nord-américain

Ce retour à la croissance, cette résurrection, a été rendu possible grâce à une série de restructurations très douloureuses en terme d’emploi, de conditions de travail et d’acquis sociaux selon Flavien Neuvy.

« La restructuration dans l’industrie automobile a été extrêmement coûteuse sur le plan social,explique-t-il, plusieurs dizaines de milliers de postes ont été supprimés, une vingtaine d’usines ont été fermées et des concessionnaires ont mis la clef sous la porte. Donc, sur le plan social, cela a été extrêmement violent. C’est une méthode à l’anglo-saxonne : les Américains ont laissé le marché s’effondrer et une fois que le marché a touché le fond, il s’est redressé, il est reparti en croissance tant et si bien qu’aujourd’hui le secteur automobile est un secteur qui embauche ! »

Cette restructuration a donné lieu à une mutation du marché automobile nord-américain. La carte de la production nord-américaine s’est redessinée. « La capacité de production américaine augmente, explique Yan Cimon, mais les usines ne sont plus situées aujourd’hui dans le cœur historique de l’industrie automobile. Il y a une migration vers le sud des Etats-Unis des usines et des emplois de l’automobile tant et si bien que les deux pays limitrophes aux Etats-Unis, le Mexique et le Canada se livrent une guerre de concurrence féroce pour entrer et demeurer dans les chaînes d’approvisionnement américaines. La production nord-américaine fabriquée par le Canada a légèrement diminuée au profit du Mexique qui voit la sienne augmenter parce que le pays a des usines implantées près de la frontière américaine, près du Texas ou dans les Etats mexicains du Nord ».

Une bonne santé menacée par le crédit aux Etats-Unis

Le marché automobile nord-américain a quasiment retrouvé son niveau d’avant la crise, et profite comme d’autres des perspectives que représentent les pays émergents. En revanche la question du financement de l’achat de nouveaux véhicules pourrait poser problème. « Les ventes atteignent aujourd’hui des niveaux presque historique, mais la croissance des ventes doit beaucoup à la bonne santé du marché du crédit, et non pas à l’amélioration même des produits vendus, poursuit Yan Cimon. Donc, si le marché du crédit se resserre – comme on pense qu’il le fera dans les mois à venir avec la fin des programmes de soutien de la Fed, la Réserve fédérale américaine – le marché américain risque fort de souffrir à nouveau et la croissance du nombre de véhicules vendus diminuer ».

Pour l’instant, les constructeurs américains savourent le retour à la croissance, consacré à Detroit par la présentation d’une cinquantaine de nouveaux modèles, dont des versions revisitées de deux succès américains, deux belles Américaines : la Ford « mustang » et la « corvette » de Chevrolet.

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *