Résilience des éleveurs pasteurs face aux changements climatiques: La 2ème phase du projet STAMP allie l’élevage au digital!

En marge de la cérémonie d’ouverture du 1er Salon des Investisseurs de l’Afrique Francophone (SIAF), le ministre de l’Economie Numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, a présidé le lancement de la 2ème phase du projet STAMP ( Sustainable Technology Adaptation for Mali’s Pastoralists) conduit par l’Organisation Néerlandaise de Développement ( SNV). C’était à l’hôtel Salam en présence de la gestionnaire du projet Stamp, Mme Le Côme Catherine, le représentant de SNV et d’autres invités de marque.


Le projet STAMP, vise à améliorer la résilience des éleveurs pasteurs, face aux évènements climatiques, en facilitant leur utilisation des données géo-satellitaires et l’accès à des facilités de financement.
En effet, ce projet se justifie par le fait que les moyens traditionnels de prospections des ressources naturelles des éleveurs pasteurs pour décider de leur transhumance sont rendus aléatoires, couteux et risqués. Cela, eu égard des conséquences du changement climatique et l’insécurité affectant la mobilité des éleveurs pasteurs.
Selon Catherine Le Côme, le projet STAMP a initié le développement du service d’information ‘’Grabal’’, désormais accessible à partir de simples téléphones, afin d’aider les éleveurs pasteurs à décider des déplacements de leurs troupeaux à la recherche d’eau et de pâturages.
Elle dira que la phase expérimentale du projet de 2015-2018, financée par l’Agence Spatiale Néerlandaise (NSO) a permis de démontrer l’existence d’un marché reliant les nouvelles technologies et les communautés pastorales des régions de Gao et Menaka. Riche en expérience et leçons apprises, dit-elle, cette phase a démontré l’utilité du déploiement d’un tel service, notamment au vu du nombre croissant d’utilisateurs. « Sur cette base et, compte tenu de l’étendue des besoins à satisfaire pour améliorer les conditions d’exploitation de l’élevage en zone pastorale, une deuxième phase du projet financée sur 3 ans par le Royaume des Pays-Bas permettra d’étendre la couverture géographique du service aux régions de Kidal, Tombouctou et Mopti » a-t-elle déclaré.
Par ailleurs, elle a soutenu que le contenu informationnel offert par le service sera étendu à des conseils notamment en matière de santé animale. A ce niveau, elle a précisé, qu’il s’agit d’une application qui sera développée pour faciliter l’accès financier des éleveurs aux intrants.
Suite à son exposé, le ministre Touré a soulevé plusieurs thématiques pertinentes dans le cadre de la gestion du projet. D’abord, il a reconnu la pertinence de la plateforme et son utilité pour les éleveurs pasteurs. Cependant, il a mentionné que le projet doit énormément mettre l’accent sur l’implication de plusieurs autres acteurs. A titre d’exemple, il a proposé la prise en compte d’autres opérateurs, outre qu’Orange Mali. En plus, il a beaucoup insisté sur l’association de startups maliennes. A ce niveau, le ministre Touré, a rappelé qu’il serait idoine de confier à chacun sa tâche. « La startup Lélani, a développé une application de transcription de plusieurs de nos langues, vous devez songer à lui confier la gestion de ce volet » a-t-il proposé.
A noter que le coût d’utilisation de ce service est de 25FCFA.
Par Moïse Keïta

Source: Le Sursaut

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *