Remise sur les rails du train voyageur Bamako Kayes : L’espoir renait et les populations reconnaissantes à IBK

 

Des cris de joie, des danses (du moribayassa), des motions de remerciements au président IBK, au ministre des Transports et du Désenclavement…Telle est, en substance, l’atmosphère qui régnait le 12 février à chaque escale du train voyageur Bamako Kayes  au bord duquel  le ministre des Transports et du Désenclavement, Moulaye Hamed Babacar, avait pris place à la gare ferroviaire de Bamako pour la capitale du Rail, en compagnie des responsables de Dakar Bamako ferroviaire, des journalistes et des jeunes du “Collectif sauvons les rails” .

C’est à 7h 30 minutes que le train voyageur, avec 8 wagons passagers de couleur verte dont un wagon présidentiel, a pris le départ avec à son bord des membres de la délégation ministérielle. Ce voyage du ministre Moulaye Ahmed Babacar à bord du train voyageur avait plusieurs objectifs : s’imprégner de l’effectivité de la reprise du trafic entre Bamako-Kayes ; connaitre les préoccupations des voyageurs, des populations riveraines des chemins de fer et surtout des cheminots.

De Kita, à Toukoto, de Kassaro à Sébécoro, de Kita à Bouloulou, de Bancala à Boulabé, de Walia à Kayes…, la délégation ministérielle a fait escale à chacune des gares qui jalonnent le trajet. Une occasion pour le Ministre de s’entretenir avec les populations et les élus.

“Le Train est pour nous ce que représente le Nil pour l’Egypte”

A chaque escale du train, les populations sont sorties massivement pour exprimer leur joie. Tambours, cris de joie, des “Moribayassa” (danse annonçant la concrétisation d’un vœu cher) ont raisonné tout au long du trajet. Aussi à chaque étape, autorités locales et populations étaient pressées de remercier le président de la République et le Ministre pour la tenue de cette promesse et expliquer en même temps au chef du Département combien la reprise du trafic est importante pour leur localité. Ce message fort est venu surtout de Neguela, ou un septuagénaire s’est adressé au Ministre en ces termes : “Le train est pour nous ce que représente le Nil pour l’Egypte”. Dans la même foulée, une vieille dame d’ajouter : “Un wagon est plus important pour nous  que 100 camions remorques”.

A Kita, où la délégation a eu droit à des danses de Moribayassa, le premier adjoint au maire de la localité, Souleymane Cissé, tout en se félicitant de la reprise du trafic, a invité la société qui gère le chemin de fer, à porter une attention particulière sur  sa ville qui  fut un centre important pour les chemins de fer.

A Toukoto, qui a battu tous les records en termes de mobilisation, c’est au cri de joie “IBK merci !” que la délégation ministérielle a bénéficié d’un accueil des grands jours. Jeunes, vieux, anciens cheminots, groupements de femmes, tous étaient de la fête pour remercier à juste titre les autorités, plus particulièrement le président de la République pour avoir fait de ce projet une réalité. “Vous avez vu toute l’activité économique qui circule autour de ce trafic. Le train représente tout pour nos populations. Toukoto est une zone enclavée. Aussi quand le train voyageur est à l’arrêt, c’est comme si toute la ville étouffe” a soutenu Alassane Thiam un vieux résidant de cette ville.

Des cadeaux pleins de symboles

Sur plus d’une dizaine d’escales effectuées tout le long du trajet, le ministre des Transports et du Désenclavement a rassuré les populations riveraines quant à la ferme détermination du président de la République de faire en sorte que le train, aussi bien trafic voyageur que marchandise, ne s’arrête plus. Et à chaque fois, il a soutenu que le gouvernement va faire davantage d’efforts dans le domaine du matériel, mais aussi pour l’amélioration des conditions des travailleurs. Et la reprise de ce trafic voyageur depuis le mois de décembre, avec 26 voyages déjà au compteur, est un signal fort de l’engagement présidentiel, a fait savoir le Ministre.

Des messages très bien appréciés par les populations. Les images fortes sont venues surtout des vendeuses qui ont fait des cadeaux, pas très importants en valeur marchande, mais pleins de significations comme le cas de cette vendeuse de cacahuètes qui a remis deux sachets de cacahuète au Ministre en lui disant : “M. le Ministre, c’est ma petite contribution pour vous remercier de cette reprise”. Très touché par ce geste, le Ministre a remercié la donatrice et a promis de remettre le cadeau au président de la République, qui, selon lui, est très friand d’arachide.

“Le train voyageur a repris pour de bon “

Lors de ce trajet, entre Walia et Mahina, le Ministre a animé une conférence de presse dans le wagon. Au cours de laquelle, il a expliqué les efforts que le gouvernement est en train de fournir pour le désenclavement du pays, notamment de la première région avec le train. A cet égard, il a rappelé que le président de la République, lors de son discours après la formation du dernier gouvernement, avait évoqué quatre points essentiels :  la paix, la sécurité, l’énergie, l’eau et le désenclavement.

S’agissant du désenclavement, Il s’est dit satisfait par la reprise du trafic ferroviaire. “Certes, il faut continuer à travailler pour que les passagers soient dans les meilleures conditions de voyage, notamment multiplier les locomotives. Nous sommes en train d’assurer le minimum pour que les usagers puissent se déplacer et faire revivre le commerce. C’est fort de ce résultat que, partout où nous sommes passés, les gens étaient en fête. Par contre, nous n’allons pas nous limiter au train voyageur car Dakar Bamako ferroviaire est né, non seulement pour le trafic voyageur, mais aussi pour assurer l’approvisionnement de notre pays car plus de 62% de nos produits passent par le port de Dakar” a soutenu le chef du département des Transports et du désenclavement.

“Après Paris, je serai dans deux semaines à Dakar pour des pourparlers avec des partenaires “

Il a poursuivi, que le président de la République et son gouvernement n’ont jamais croisé les bras sur cette question ferroviaire. “C’est pourquoi, nous sommes en pourparlers avec des partenaires. Dans ce cadre, j’étais il y a deux à trois semaines de cela avec le ministre de l’Economie et des finances à Paris et dans deux semaines, je serai à Dakar car nous voulons aller vite pour le développement de ce trafic” a soutenu le ministre Moulaye Ahmed Babacar.

Le Ministre se dit optimiste quant à l’avenir du chemin de fer car pour lui le plus important c’est la reprise et tout le reste viendra : “Nous avons commencé le trafic avec ce que nous avons en main. Si nous travaillons correctement et sérieusement on verra le bout du tunnel” a souligné le Ministre.

Quid des arriérés de salaire ?

Interrogé par un confrère sur la situation des arrières de salaire du personnel qui cumule maintenant 5 mois sans être payés, le Ministre de répondre que la situation va évoluer au fur à mesure.

“C’est vrai que pour la reprise du trafic, l’Etat a consenti des efforts, notamment à travers le paiement d’un mois d’arriéré de salaire. Ces retards étaient dus au fait qu’il n’y avait pas d’activité de Dakar Bamako ferroviaire. Avec la subvention de l’Etat, nous avons payé une partie du salaire, réparé des ponts sur l’axe. Donc avec la reprise, les choses vont s’améliorer et nous allons être rigoureux par rapport à la gestion car dans tous les cas, l’Etat a conscience des difficultés que traversent les employés. Et on ne peut pas les obliger à atteindre un résultat sans les mettre dans de meilleures conditions de travail” a ajouté le Ministre. Il a au passage remercié Dakar Bamako ferroviaire (organe transitoire de la gestion de la phase transitoire après la concession), les cheminots qui n’ont ménagé aucun effort pour que le voyage Bamako-Kayes se fasse dans les meilleures conditions. Il faut préciser que c’est aux environs de 4 h 46 minutes que le train est arrivé à destination à la gare ferroviaire de Kayes, ce, après de nombreux arrêts.

Kassoum THERA,  envoyé spécial à Kayes

 

Alou Coulibaly délégué général du FIRKA :

“A voir seulement le train circuler, c’est une lueur d’espoir pour nous Kayesiens”

Dans un entretien qu’il a bien voulu nous accorder, le Délégué général du Festival international des rails (Firka), livre ses impressions sur le retour du train voyageur et a exprimé en même temps des souhaits pour la pérennité du trafic.

Quelle appréciation faites-vous de ce retour du train voyageur ?

Ma première appréciation, c’est de saluer l’engagement de l’Etat malien d’accompagner les populations riveraines des rails. Le rôle du train est important dans l’économie locale, toute chose qui justifie l’engouement des populations car c’est dans ces gares que les populations locales ont les moyens d’écouler leurs produits artisanaux, faire du petit commerce et subvenir à leurs besoins.

Avec ce retour, c’est un vœu cher à vous qui vient d’être concrétisé ?

Evidemment pas moi seul, mais toutes les populations de la première région.  Il y a un peu plus de 10 ans que nous nous battons pour le train au Mali. A voir seulement le train circuler, c’est une lueur d’espoir pour nous pour nous, populations de la région de Kayes. Un fait dont les gens ne parlent beaucoup, c’est le lien entre l’arrêt du trafic ferroviaire et l’accentuation de l’émigration clandestine car  avec l’arrêt du train, les jeunes, après les périodes de récoltes sont désœuvrés donc ils sont tentés par l’émigration clandestine car il n’y a aucune activité génératrice de revenus. Mais bien avant l’arrêt du train, les jeunes pouvaient mener sur place des activités génératrices de revenus.

Un dernier mot ?

Je lance un appel aux autorités de faire en sorte que le train ne s’arrête plus. Car lors de la visite du président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta au cours de sa rencontre avec les forces vives, c’est moi qui lui ai posé la question de savoir à quand le retour du train voyageur. Mais 45 jours après ma question, mes vœux ont été exaucés. Je demande encore aux autorités de fournir encore un peu plus d’efforts car nous voulons plus de  machines et de wagons.  Je profite de cette occasion pour saluer l’administration de Dakar-Bamako-ferroviaire qui, malgré ses maigres moyens, est  en train de faire de son mieux.

Réalisé par Kassoum THERA

 

Reprise du train voyageur :

L’Association Mali Kunko félicite IBK

Dans un communiqué déposé à notre rédaction, l’Association Mali-Kunko dit avoir appris avec satisfaction la reprise du train voyageur Bamako-Kayes. “La reprise de ce trafic est un ouf de soulagement pour l’économie de la première région surtout les populations riveraines des rails. Le train est un élément vital pour ces populations et le président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta, en s’investissant pour que le train puisse siffler à nouveau, vient de prouver que le développement du pays, le mieux-être des populations, est son seul souci” peut-on lire dans ledit communiqué.

C’est pourquoi, l’Association Mali-Kunko a saisi cette opportunité pour féliciter le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, pour la concrétisation de cette promesse présidentielle. A ces remerciements, le président de Mali-Kunko, Ismaïla Coulibaly, a associé Dakar Bamako ferroviaire et tous les cheminots qui n’ont ménagé aucun effort pour que le train soit à nouveau sur les rails.

                                Kassoum THERA

Source: Aujourd`hui mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *