Recettes annuelles des Impôts : Avec 845,6 milliards, la DGE au cœur de la cadence haussière

Sur un objectif annuel d’environ 987 milliards, la Direction Générale des Impôts affichait déjà 70% de réalisations à trois mois du terme de l’exercice 2021, soit près de 699 milliards de francs CFA engrangés. Pour l’exercice, il restait par conséquent 298 milliards à recouvrer pour lesquels les différents maillons des impôts ont visiblement mis les bouchées doubles, en vue de demeurer dans la bonne cadence.

 

Pour ce faire, le rythme est essentiellement tenu par la Direction des Grandes Entreprises, manifestement à la hauteur de son rôle de locomotive. En effet, grâce au dynamisme du nouveau maître des lieux, Hamadou Fall Dianka, la DGE, en septembre déjà, réussissait à renflouer la cagnotte pour près de 584 milliards, soit 70% des 838 milliards fixés pour l’année écoulée.

Pour le dernier trimestre de l’exercice, la structure faisait donc cap sur un objectif de 254 milliards à dénicher pour être en phase avec les attentes de l’exercice qui, selon plusieurs estimations concordantes, n’étaient pas au-dessus des capacités d’un service qui s’illustrait à mi-parcours par un large dépassement des proportions de recettes assignées par les hautes autorités financières. Et le moins qu’on puisse dire c’est que les pronostiqueurs ne se sont guère trompés.

Et pour cause, leur optimisme vient d’être corroboré par des résultats assez impressionnants par la teneur et l’éloquence des chiffres et indicateurs. Le dernier mois de l’année affiche par exemple une contribution mensuelle inédite de 116 milliards environ pour une prévision de 98 milliards francs CFA, soit un écart positif de près de 18 milliards et un objectif atteint à 118%. Jamais réalisées en un seul mois, les performances du mois de décembre 2021 sont essentiellement attribuables aux impôts directs et indirects des Grandes Entreprises. Celles-ci y concourent respectivement à concurrence de 91 et 154% et rehaussent en même temps les prévisions annuelles de la structure de plus de 7 milliards de nos francs, soit 845, 661 milliards réalisés sur 838,539 milliards attendus de l’exercice écoulé.

Il en résulte, en définitive, que la DGE n’a jamais été aussi confortable dans sa peau de vecteur incontournable des recettes fiscales, auxquelles elle vient de contribuer à hauteur de 101% des espoirs qu’elles portaient pour l’exercice concerné.

Arrive ensuite la Direction des Impôts du District avec près de 115 milliards recouvrés en 2021, soit environ 18 milliards de plus que ses performances de l’année précédente et une prouesse attribuable aux impôts directs et indirects perçus au titre des Moyennes Entreprises.

Pour un montant cumulé de 33,526 milliards francs CFA, les régions de l’intérieur s’illustrent manifestement par une bien moindre contribution au résultat global d’une année budgétaire que les impôts ont bouclé avec 987,122 milliards. L’insécurité est sans doute passée par-là, mais il n’en demeure pas moins que les performances à l’échelle des régions fiscales de l’intérieur excèdent les objectifs annuels assignés dans des proportions tout aussi satisfaisantes, soit 103% de taux de réalisation.

 

A KEÏTA

Source : Le Témoin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.