Installez la meilleure application pour regarder ORTM

Disponible sur Google Play

Programme présidentiel en eau et électricité: les réalisations prioritaires de 2017-2018

Prenant au rebond un extrait de l’adresse à la Nation du Président IBK pour le Nouvel An 2017, à savoir que « le taux d’accès à l’énergie sera relevé grâce à un vaste programme d’implantation de centrales d’énergie solaire et de centrales hybrides » et que « l’accès à l’eau, accès tout à la fois géographique et financier, sera facilité pour les populations à faible revenu par la multiplication des aménagements et des points d’eau y compris en milieu urbain et semi-urbain… là où les populations, déjà en difficulté, payent l’eau quatre à cinq fois plus cher qu’un abonné ordinaire », le département de l’Énergie et de l’Eau a organisé, samedi dernier, dans ses locaux, un atelier de concertation et de partage en vue de la réalisation du programme d’actions prioritaires dans les domaines de l’énergie et de l’eau pour les périodes 2017-2018, à partir des données disponibles sur la situation actuelle de l’accès à l’eau potable afin d’estimer les travaux à réaliser pour combler le déficit actuel par rapport aux objectifs fixés.

malick-alhousseini-maiga-ministre-energie-eau-parti-coren

Placée sous la présidence du ministre de l’Énergie et de l’Eau, Malick ALHOUSSEINI, la rencontre a enregistré la présence des membres du cabinet, des directeurs nationaux et généraux des services relevant du département.
Le ministre Malick ALHOUSSEINI a rappelé que le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, dans son projet de société pour le présent quinquennat, établissait un diagnostic sans complaisance du secteur de l’énergie et de l’eau, marqué par « des tarifs en inadéquation avec les coûts d’investissements des sociétés d’exploitation, la vétusté des équipements et la saturation des réseaux de transport et de distribution, l’insuffisance des investissements en infrastructures et moyens d’exploitation ».
Aussi, a soutenu le ministre de tutelle, le Gouvernement a-t-il fait de l’accès à l’électricité et à l’eau potable l’une des priorités cardinales de son action, comme réponse à la prise en charge de la demande sociale de plus en plus forte.
Par ailleurs, a fait savoir le ministre, au titre du secteur de l’énergie, le plan d’action du gouvernement, issu du Programme présidentiel, a fixé comme principaux objectifs l’augmentation des capacités de production d’électricité du Mali et le renforcement du réseau de transport et de distribution et la redéfinition de l’environnement institutionnel pour mieux assurer les besoins en électricité des Maliens à des coûts optimum.
Ainsi, pour répondre à ces défis, le ministère de l’Énergie et de l’Eau, à travers la Société Energie du Mali (EDM-SA), fournit des efforts importants pour renforcer ses capacités de production, de transport et de distribution en vue d’assurer la continuité du service public de l’électricité.
Toujours dans la recherche de solution pour la continuité dudit service public, un Plan directeur d’Investissements optimaux (PDIO) du sous-secteur de l’électricité, pour la période 2015-2035, élaboré en 2008, a été mis à jour en 2016.
De ce Plan directeur, il a été tiré un Plan d’actions prioritaires pour la couverture de la demande en électricité sur la période 2016-2018.
Au fait, soutient le ministre de l’Énergie et de l’Eau, la mise en place de cette nouvelle stratégie, annoncée dans le programme présidentiel « le Mali d’abord » et déclinée en actions gouvernementales, fixe certaines mesures, notamment : l’augmentation de la capacité de transport de puissance avec les pays limitrophes, à l’instar de la Côte d’Ivoire ; le développement des grands projets hydroélectriques OMVS par la mise en valeur de sites potentiels, prioritairement au Mali; le renforcement de l’interconnexion des réseaux de transports pour promouvoir et accélérer l’échange d’énergie électrique entre les pays de la CEDEAO ; la poursuite de la restructuration du secteur de l’énergie ; le renouvèlement du parc de production thermique; et la promotion des énergies renouvelables.
En ce qui concerne le secteur de l’eau, soutient le ministre, pour atteindre les objectifs fixés par le Gouvernement, de nombreuses infrastructures d’accès à l’eau potable ont été réalisées et d’autres sont en cours.
Aussi, la mise en œuvre du Plan d’accès à l’eau potable pour la période 2004-2015 a-t-elle permis de porter le taux national d’accès à l’eau de 64 % en 2004 à 65,3 % en 2015, dont 70 % en milieu urbain et 63,3 % en milieu rural.
Cependant, reconnaît le ministre, la ville de Bamako et certains centres secondaires gérés par les sociétés SOMAPEP et SOMAGEP présentent des déficits importants en matière d’accès à l’eau potable compte tenu de la faible capacité de production et de distribution d’eau potable au niveau des installations existantes.
À son avis, les efforts pour l’accès durable et équitable à une eau potable, saine et abordable concerneront surtout la réalisation de points d’eau modernes dans 1 340 villages et fractions ; la réalisation d’adduction d’eau sommaire dans 377 centres ruraux ; la réalisation d’adduction d’eau potable dans 89 centres semi-urbains.
Actualité oblige: le ministre Malick ALHOUSSEINI a présenté ses vœux de Nouvel An à ses proches collaborateurs et fait des bénédictions pour la bonne tenue du Sommet Afrique-France que notre pays s’apprête à accueillir les 13 et 14 janvier prochain. Sur ce point, il a rassuré que son Département a pris toutes les dispositions en matière de la fourniture du service public d’eau et d’électricité, pendant ledit sommet et même au-delà.

Par Sékou CAMARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *