Processus de décentralisation : 30% DES RECETTES DU BUDGET DE L’ÉTAT AUX COLLECTIVITÉS TERRITORIALES À PARTIR DE 2020

Dans le cadre de l’animation et la conduite du processus de décentralisation, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah a rencontré, mardi dernier, les partenaires techniques et financiers du Groupe thématique décentralisation et développement institutionnel (GT-DDI) pour échanger sur des thématiques d’intérêt commun. C’était en présence des directeurs des services techniques du département en charge de l’Administration territoriale.

Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour de cette réunion qui s’est tenue dans la salle de conférence du ministère de l’Administration territoriale : progression vers l’objectif de 30% des recettes du budget général de l’Etat attribués aux collectivités territoriales ; financement de la décentralisation, notamment dans le contexte de la réforme du mécanisme du Fonds national d’appui aux collectivités territoriales (FNACT), avec la mise en œuvre des textes sur la fiscalité locale et le recours au mécanisme de l’aide budgétaire sectoriel décentralisé.

Ce seuil a été aussi acté par les recommandations des états généraux sur la décentralisation

Dans son discours introductif, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a fait savoir à ses interlocuteurs que son département est conscient de tous les efforts qui sont fournis dans le cadre de la solidarité internationale pour appuyer le Mali dans la transformation de son administration. Pour lui, ce travail avec les partenaires s’inscrit dans le cadre de la politique nationale de décentralisation.
Selon Boubacar Alpha Bah, sur la décentralisation et l’administration d’Etat, il n’y a pas de questions inabordables.
«Nous sommes ouverts à toutes les discussions, parce que ce que vous faites, c’est de nous accompagner à mieux faire, à mieux asseoir notre processus démocratique, à asseoir une bonne gouvernance», a indiqué le patron du département en charge de la Décentralisation. Juste après cette brève intervention du ministre, les partenaires ont eu droit à la présentation du processus de décentralisation au Mali, en l’occurrence les avancées et les difficultés rencontrées. Visiblement intéressés, les bailleurs de fonds ont beaucoup apprécié l’initiative du gouvernement d’accorder 30% des recettes du budget aux collectivités territoriales à partir de 2020.
Ils ont toutefois soulevé quelques interrogations concernant notamment les relations entre le ministère de l’Administration territoriale et celui de l’Economie et des Finances en rapport avec la traçabilité des fonds.
En réponse, le ministre a assuré que les dispositions seront prises pour qu’il y ait une traçabilité, une convergence.
«Il n’y aura pas deux voix maliennes, mais une seule qui est celle du gouvernement», a ajouté Boubacar Alpha Bah. Selon lui, la traçabilité sera faite pour que les ressources transférées, département par département, soient inscrites dans la Loi des finances de 2020, assurant qu’il n’y aura plus cette dichotomie de démarches.
Par ailleurs, le ministre Bah a précisé que les 30% des recettes du budget prévus pour les collectivités territoriales, n’ont rien avoir avec l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Mais cette question, a-t-il complété, découle du processus de Bruxelles qui date de 2012, qui a été réaffirmé lors des états généraux de la décentralisation ayant permis de fixer cet objectif.
Aujourd’hui, a assuré le chef du département de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, il y a une prise de conscience que les ressources destinées au développement du pays peuvent être mieux gérées à un point donné plutôt qu’à un autre.

Bembablin DOUMBIA

Source : L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *